Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Site de la Chapelle Saint François de Rennes

Mercredi Saint, extrait de "L'année liturgique" de Dom Guéranger

Aujourd'hui les princes des prêtres et les anciens du peuple se sont réunis dans une des salles du Temple, pour délibérer une dernière fois sur les moyens de se défaire de Jésus On a discuté divers projets. Est-il prudent de mettre la main sur lui, en ce moment où la fête de Pâques retient dans la ville tant d'étrangers qui ne connaissent le Nazaréen que par l'ovation solennelle dont il a été l'objet il y a seulement trois jours ? Parmi les habitants de Jérusalem, n'en est-il pas aussi un grand nombre qui ont applaudi à ce triomphe, et dont l'enthousiasme pour Jésus serait à redouter ? Non : il ne faut pas songer, pour le moment, aux mesures violentes : une sédition pourrait éclater au milieu même des solennités de la Pâque. Ceux qui en auraient été les moteurs seraient aisément compromis vis-à-vis de Ponce-Pilate, et ils auraient à craindre peut-être la vengeance du peuple. Il vaut donc mieux laisser passer la fête, et chercher quelque moyen de se saisir sans bruit de la personne de Jésus.

Mais ces hommes de sang se faisaient illusion en croyant retarder au gré de leur politique la mort du juste. Ils ajournaient un meurtre; mais les décrets divins qui, de toute éternité, ont préparé un sacrifice pour le salut du genre humain, ont fixé précisément ce sacrifice à cette même fête de Pâques  que la trompette sacrée  doit  annoncer dès demain dans la ville sainte. Assez longtemps l'agneau mystérieux a été offert en figure de l'Agneau véritable ; elle va s'ouvrir, cette Pâque qui doit voir les ombres s'évanouir devant la réalité; et Le sang rédempteur versé par la main des pontifes aveuglés va se mêler à celui de ces victimes grossières que Jéhovah n'agréera plus désormais. Le sacerdoce judaïque se portera tout à l'heure à lui-même le coup de la mort, en immolant celui dont le sang doit abroger l'ancienne alliance et sceller pour jamais la nouvelle.

Mais comment les ennemis du Sauveur se mettront-ils en possession de l'auguste victime que convoitent leurs désirs sanguinaires, eux qui veulent éviter l'éclat et le bruit? Ils ont compté sans la trahison; mais voici que la trahison vient à leur secours. Un disciple du Sauveur demande à être introduit près d'eux; il a une proposition a leur l'aire : « Que me donnerez-vous, leur dit-il, et je vous le livrerai? » Quelle joie pour ces misérables ! Ils sont docteurs de la loi, et ils ne se souviennent pas du Psaume CVIII°, dans lequel David a prédit toutes les circonstances de cet infâme marché; ni de l'oracle de Jérémie, qui va jusqu'à exprimer le prix de trente pièces d'argent comme la rançon du Juste. Cette même somme, Judas vient la leur demander; ils la lui comptent sur l'heure. Tout est convenu. Demain Jésus sera dans Jérusalem ; il fera la Pâque. Sur le soir, il se rendra, selon son habitude, dans un jardin situé sur le penchant de la montagne des Oliviers. Mais, au milieu des ténèbres de la nuit, comment les gens chargés de l'arrêter le distingueront-ils de ses disciples ? Judas a tout prévu. Les soldats pourront en toute sûreté mettre la main sur celui auquel il aura donné un baiser. Tel est l'horrible forfait qui s'accomplit aujourd'hui à l'ombre du Temple de Jérusalem. Pour en témoigner son exécration, et pour faire amende honorable au Fils de Dieu si indignement outragé par ce pacte monstrueux, la sainte Eglise, dès les premiers siècles, a consacré le jour du Mercredi à la pénitence. En nos temps encore, la sainte Quarantaine s'ouvre par un Mercredi; et lorsque l'Eglise, quatre fois dans l'année, nous impose les jeûnes qui marquent chaque saison, le Mercredi est l'un des trois jours que nous devons consacrer à la mortification de notre corps.

Aujourd'hui avait lieu, dans l'Eglise Romaine, le sixième Scrutin pour l'admission des catéchumènes au baptême. On recevait, s'ils en étaient dignes, ceux sur lesquels on n'avait pas encore prononcé définitivement. A la Messe, il y avait deux lectures tirées des Prophètes, comme au jour du grand Scrutin, le Mercredi de la quatrième Semaine de Carême. Les catéchumènes sortaient de l'église comme à l'ordinaire, après l'Evangile; mais lorsque le Sacrifice était terminé, ils étaient introduits de nouveau par le Portier, et l'un des Prêtres leur disait ces paroles : « Samedi prochain, veille de la Pâque, à telle heure, vous vous réunirez dans la Basilique de Latran, pour le septième Scrutin; ensuite pour rendre le Symbole que vous devez avoir appris; enfin pour recevoir, par le secours de Dieu, le bain sacré de la régénération. Préparez-vous-y avec zèle et humilité dans les jeûnes et les prières continuelles, afin que, ayant été ensevelis, par ce saint baptême, avec Jésus-Christ, vous ressuscitiez avec lui pour la vie éternelle. Amen. »

A Rome, la Station a lieu aujourd'hui dans la Basilique de Sainte-Marie-Majeure. Compatissons aux douleurs de notre Mère, dont le cœur éprouve de si cruelles angoisses dans l'attente du sacrifice qui se prépare.

 

Vous retrouverez les textes de la messe ICI

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article