Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Site de la Chapelle Saint François de Rennes

Dédicace de la cathédrale de Rennes, 29 Juin fête des saints apôtres Pierre et Paul.

28 Juin 2014, 22:00pm

Publié par Le sacristain

34284352.jpg

 

Histoire de l’ancien édifice

220px-Cath%C3%A9drale_Rennes_1720.png
magnify-clip.png
Plan de 1720 (les « formes de toit » en haut à droite marque la limite de l’incendie.

Le site actuel de la cathédrale a été utilisé en tant que siège d’un évêché depuis le vie siècle. Il est probable qu’elle fut construite à la place d’un sanctuaire plus ancien.

L’ancien édifice fut complètement remplacé par une église gothique au xiie siècle, mais en 1490, la tour et la façade occidentale s’effondrèrent. On entreprit dès lors une interminable reconstruction du massif occidental qui dura 163 ans et aboutit à la façade en granit que nous connaissons aujourd'hui qui est en grande partie de style classique.

La cathédrale est épargnée par l’incendie de 1720 qui s’arrête à quelques dizaines de mètres, au niveau de l’église Saint-Sauveur.

La nef et le chœur cependant n’avaient pas été restaurés et menaçaient ruine. En 1730, l'architecte Jacques V Gabriel les avait jugés irréparables. L'ingénieur Abeille avait proposé de rebâtir l'ensemble de l'édifice sur un plan en croix grecque, mais il mourut en 1752 sans que le projet ait reçu le moindre début d'exécution.

Le 11 février 1754, en plein service religieux une grosse pierre se détacha de la voûte du chœur. L’évêque, Louis-Guy de Guérapin de Vauréal, demanda l'expertise des Bâtiments du roi. Deux collaborateurs d'Ange-Jacques GabrielJacques-Germain Soufflot et Nicolas Marie Potain, se rendirent à Rennes en avril 1762.

Histoire de l’édifice actuel

Il apparut alors que pour éviter un effondrement total, il était nécessaire de reconstruire l’édifice tout entier, à l’exception de la façade de construction récente et solide. Les deux architectes préconisèrent d'inverser l'orientation de l'édifice et de ne conserver que les tours, qui se trouveraient placées au chevet.

« La Bretagne, zélée pour l'embellissement de sa capitale, a voulu encore qu'elle fût embellie d'une cathédrale bâtie dans le bon goût de l'architecture grecque […] M. Potain sera chargé sous M. Soufflot de la conduite de cet édifice. »

— L'Avant-Coureur7 juin 17622

Le projet donné par Potain fut approuvé par Louis XV en Conseil le 9 mars 1762. Il est conservé aux Archives nationales3. « Gêné par l'environnement pour étendre les bras d'une croix latine, Potain a dessiné un vaisseau longitudinal à collatéraux et déambulatoire. L'ordre est un ionique cannelé. Dans l'abside, la chapelle ovale de la Communion prend place entre les clochers gothiques. »4.

La démolition eut lieu de 1756 à 1768. Néanmoins, pour dégager les crédits nécessaires à la réalisation du projet de Potain, il aurait fallu mettre plusieurs abbayes « en économats » en privant leurs titulaires de leurs bénéfices. Le roi hésita et le projet fut gelé. En 1780, la Commission des Secours sollicita de nouveau les Bâtiments du roi5. C'est alors que l'architecte nantais Mathurin Crucy présenta un projet qui respectait l'orientation ancienne de l'édifice et un devis plus raisonnable de 840 000 livres4. La reconstruction débuta en 1787, mais la Révolution française arrêta les travaux.

220px-Cath%C3%A9drale_Rennes_%281FI60%29
magnify-clip.png
Vue de la façade sur un plan officiel de 1830. Mise à part quelques différences mineures, on retrouve la façade actuelle.

Ceux-ci reprirent en 1816 sous la direction de Crucy. Après la mort de ce dernier en 1826, ils furent poursuivis par son collaborateur Binet et terminés par l'architecte municipal Louis-Guy Richelot sous la monarchie de Juillet4. La cathédrale désormais néoclassique avec façade classique fut achevée en 1845.

Le jour de Pâques du 7 avril 1844, Godefroy Brossay Saint-Marc inaugure la nouvelle cathédrale.

Durant les travaux, de 1803 et 1844, l'ancienne abbatiale Saint-Melaine fut la pro-cathédrale de Rennes.

Extérieur

Façade ouest

220px-Rennes_cath%C3%A9drale-fronton.jpg
magnify-clip.png
Fronton de la cathédrale.

La façade et ses deux tours classiques de granit de 48 mètres de haut fut édifiée en plusieurs étapes tout au long des xvie et xviie siècles. Les tours comportent quatre niveaux. Le premier fut construit de 1541 à 1543, le second ainsi que le troisième de 1640 à 1654 (par Tugal Caris), et le quatrième et dernier (par Pierre Corbineau) de 1654 à 1678. Enfin François Huguet compléta le couronnement des tours entre 1679 et 1704, les portant à leur hauteur actuelle de 48 mètres et ajouta sur le fronton au sommet de la façade la devise de Louis XIV (Nec pluribus impar, l’incomparable).

Outre le front, la façade possède cinq blasons de tuffeau (de haut en bas, de droite à gauche) :

Pour souligner la force et la solidité du nouvel ensemble par opposition à la fragilité de la construction précédente, les architectes ont doté la façade de 22 colonnes de granit.

Le fronton est aux armes de Louis XIV.

Toiture

La croisée du transept est surmontée par un dôme avec un oculus.

Intérieur

Nef

220px-Bretagne_Ille_Rennes2_tango7174.jp
magnify-clip.png
La nef.

La nef comporte quarante quatre colonnes ioniques. C’était la partie la plus austère de l’édifice. Pour atténuer cette austérité, on entreprit au xixe siècle de revêtir de stuc les colonnes ainsi qu'une partie des murs (Il s'agit d'un mélange de poussière de marbre, de chaux éteinte et de craie), ce qui donne une plus grande luminosité à l'édifice.

La voûte en plein cintre par contre est décorée d'ors, œuvre d'Auguste Louis Jobbé-Duval, qui fonda en 1843 la Maison Jobbé-Duval spécialisée dans la décoration, la restauration de tableaux et la dorure sur bois. Il est le cousin germain d'Armand-Félix Jobbé-Duval (1821-1889) qui exécuta le décor des plafonds de l'aile sud-ouest du Parlement de Bretagne. La voûte comporte des écussons aux armes de la Bretagne et des diocèses suffragants de l'archevêché de Rennes. Ceci contribue à créer une apparence plus somptueuse.

Chœur

Le revêtement du sol du chœur est composé d'austères dalles de granit. Celles-ci offrent un violent contraste avec le maître-autel réalisés avec des marbres offerts par le pape Pie IX et provenant du forum romain.

La voûte du chœur est ornée d'une peinture représentant la dation par le Christ des clés du Royaume des Cieux à saint Pierre.

220px-Cath%C3%A9drale_Saint-Pierre%2C_ch
magnify-clip.png
Le chœur avec la Remise des clés à Saint-Pierre (Alphonse Le Hénaff, vers 1871) et au premier plan le mobilier d'Arcabas (1995)

Le chœur est entouré d’un déambulatoire dont les murs sont décorés de représentations des différents saints de Bretagne regroupés d’après leur diocèse (RennesDol-de-BretagneSaint-MaloSaint-BrieucTréguierSaint-Pol-de-LéonQuimperVannes). Elles sont dues au peintre du xixe siècle Alphonse Le Hénaff.

220px-Cath%C3%A9drale_Saint-Pierre%2C_po
magnify-clip.png
Les "Saints" du diocèse de Vannes par Le Hénaff, vers 1875-1876 (déambulatoire nord)

Transept[modifier | modifier le code]

220px-Bretagne_Ille_Rennes3_tango7174.jp
magnify-clip.png
Transept sud, La Délivrance de St Pierre par Henri-Joseph de Forestier, 1828.

Les deux croisillons du transept possèdent chacun une somptueuse chapelle ornée de fresques remarquables. Celles de la chapelle méridionale sont consacrées à sainte Anne, patronne de la Bretagne. On y trouve aussi le tableau de la délivrance de saint Pierre du peintre Henri-Joseph de Forestier donné par Charles X. L’œuvre date de 1827 et représente saint Pierre délivré de sa prison par un ange6.

La chapelle septentrionale possède une série de fresques consacrées à Marie. Elles participent ainsi au culte marial fort répandu en Bretagne.

Crypte

L'entrée est sous la lourde dalle gravée de noms, au beau milieu de l'allée centrale de la cathédrale. Dans cette crypte, personne ne vient. Seul lors de l'inhumation d'un évêque ou d'un archevêque, on y descend. Dans cette crypte sont enterrés entre autres :

Mobilier

220px-Bretagne_Ille_Rennes4_tango7174.jp
magnify-clip.png
Orgues Haerpfer-Erman.

Retable

La cathédrale héberge un grand chef-d'œuvre : un retable flamand anversois du xvie siècle, orné de 80 personnages. Il fut restauré en 1984, par l'artiste Alain Plesse. Le retable est classé au titre objet des monuments historiques depuis 19017.

En juin 2007, des voleurs se sont introduits dans la Cathédrale en se laissant délibérément enfermer dans l'édifice. Ceci leur laissa toute la nuit pour soigneusement démonter et voler une partie du Retable datant du xvie siècle dans la dernière chapelle avant l'entrée du Transept droit. Ce n'est que 7 mois plus tard que la partie volée du Retable fut retrouvée aux Pays-Bas et solennellement restituée à Monseigneur d'Ornellas, Archevêque de la Province Ecclésiastique de Rennes pour être replacée à sa place originelle8. Une statuette représentant une bergère de l’adoration des bergers avait déjà été volée le 13 janvier 19757.

Tableaux

Dans la chapelle dédiée à saint Malo se trouve le tableau de sainte Marguerite, œuvre de Pierre Mignard datant du xviie siècle. Ce tableau est une copie de celui de Raphaël qui se trouve actuellement au département des peintures du musée du Louvre9. Le tableau est classé monument historique depuis 190810.

Dans la chapelle Saint-Michel, on peut admirer la statue de Sainte Anne, copie d'une œuvre du xve siècle.

Orgues

Les Grandes-Orgues de la cathédrale datent de 1874. L'instrument, construit dans une esthétique romantique par le facteur Aristide Cavaillé-Coll, est logé dans un buffet, œuvre de l'architecte Alphonse Simil. Après quelques modifications opérées par Victor Gonzalez en 1939-1940, l'instrument est totalement reconstruit par la manufacture Haerpfer-Erman en 1970 dans un esprit néo-classique. Un positif dorsal est alors ajouté, les tuyaux trouvant place dans un buffet conçu par l'architecte en chef des Monuments Historiques Raymond Cornon. Aujourd'hui, les Grandes-Orgues de la cathédrale de Rennes constituent l'instrument le plus important du département d'Ille-et-Vilaine11.

Un orgue de chœur occupe le fond de l'abside de la cathédrale. Datant de 1869, cette œuvre de la maison Merklin-Schütze a été légèrement modifiée en 1936-1937 par Victor Gonzalez12.

Les cloches

Les tours de l'église métropolitaine de Rennes abritent une sonnerie de cinq cloches. Le bourdon, nommé Godefroy, se trouve logé dans la tour nord. Fondue par l'entreprise Bollée du Mans, cette cloche, donnant Fa#2, a été bénie le 13 octobre 186713. Elle pèse environ 7 900 kg. Son battant de 240 kg a été changé le 12 décembre 201114.

Les quatre autres cloches, situées dans la tour sud, portent les noms de Marie, Pierre, Amand et Melaine. Elles donnent La2, Do#3, Mi3 et La3. Elles pèsent 3 950 kg1 467 kg1 155 kg et475 kg. Pierre est l'unique cloche conservée de la fonte Bollée de 1843 qui comptait trois vases sonores, Marie (3 052 kg), Pierre (1 467 kg) et Amand (820 kg), bénies le6 novembre 184313. Les trois autres cloches ont été fondues le 15 février 1934 par l'entreprise Paccard d'Annecy et baptisées le 15 avril suivant15.

Le bourdon, portant le prénom du premier cardinal-archevêque de Rennes, Mgr Brossay-Saint-Marc, constitue la plus grosse cloche de Bretagne (hors le bourdon de l'église Sainte-Croix de Nantes, Charles Marie, qui pèse 8 291 kg). Les noms de ses consœurs évoquent le saint-patron de la cathédrale, Pierre, celui de l'archidiocèse de Rennes, Dol et Saint-MaloMelaine, et son prédécesseur sur le trône épiscopal, Amand.

Voir les commentaires

Souvenirs photo de la soirée Ball-Trap des jeunes Pro

28 Juin 2014, 14:42pm

Publié par Le sacristain

      

      

En chrétienté, tout se finit toujours par un bon dîner! Merci à nos hôtes!

Affichage de photo 1.JPG en cours...

Voir les commentaires

Le sacerdoce, c'est l'amour du Cœur de Jésus!

27 Juin 2014, 14:25pm

Publié par Le sacristain

 

Sacré-Coeur 2

 

En cette fête du Coeur du Christ, amour incarné de Dieu, prions pour tous ceux qui seront ordonnés prêtres ces prochains jours: Erwan Barraud à la cathédrale de Rennes dimanche et les 8 futurs prêtres de notre cher institut jeudi prochain!

Que Dieu en fasse des prêtres selon son coeur!

Aujourd'hui adoration à 18h et sainte Messe à 19h.

Voir les commentaires

Fête Dieu 2014...quelques photos.

23 Juin 2014, 13:38pm

Publié par Le sacristain

quelques photos souvenirs... fete-Dieu-2014 cliquez ici !!!  fete-Dieu-2014

 

 

P1100513

Le capitaine Cristofoli, père de M le chanoine Gwenael Cristofoli tient le dais pendant la procession hier à La Molière.

Voir les commentaires

Anniversaire de sacerdoce de Monseigneur Gilles Wach

23 Juin 2014, 13:14pm

Publié par Le sacristain

En cette belle fête de la saint Jean Baptiste qui va commencer avec les premières vêpres, tous les bretons amis de notre cher institut adressent à Monseigneur Gilles Wach et au chanoine Philippe Mora, supérieur et fondateurs de notre congrégation un saint et joyeux 35ème anniversaire de sacerdoce!

Voir les commentaires

Actualité des Cristeros!

16 Juin 2014, 15:03pm

Publié par Le sacristain

 

Jeudi 19 juin 20h30, une conférence projection d'Hugues Kéraly, auteur de "la véritable histoire des cristeros"

Rendez vous au centre commercial des Longs- Champs à Rennes, venez nombreux et "viva Cristo Rey!"

Voir les commentaires

carillon N°91

13 Juin 2014, 22:00pm

Publié par Le sacristain

 

Le carillon de saint François.

Lettre d’information de la chapellenie Saint François de Sales de Rennes

  Onzième  ANNÉE - N° 91 juin 2014

Solennité de la Très sainte Trinité

 

Traduction des textes sacrés :

 

Fête de la Très Sainte Trinité


 

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 11,33-36. 
O profondeur des trésors de la sagesse et de la science de Dieu ! Que ses jugements sont incompréhensibles, et ses voies impénétrables ! 
Car qui a connu la pensée du Seigneur ou qui a été son conseiller ? 
Ou bien qui lui a donné le premier, pour qu'il ait à recevoir en retour ? 
De lui, par lui et pour lui sont toutes choses. A lui la gloire dans tous les siècles ! Amen ! 



Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 28,18-20.
 
En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Toute puissance m'a été donnée dans le ciel et sur la terre. 
Allez donc, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, 
leur apprenant à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous toujours jusqu'à la fin du monde. "

Symbole de saint Athanase à prier ce jour !

 

 

Quiconque veut être sauvé doit, avant tout, garder la foi catholique, que chacun doit conserver intégrale et inviolée, sous peine indubitable d'éternelle perdition.
Voici donc la foi catholique:
Il nous faut vénérer un seul Dieu dans la Trinité, et la Trinité dans l'unité, sans confondre les personnes ni séparer la substance. Car autre est la personne du Père, autre celle du Fils, autre celle de l'Esprit-Saint. Et pourtant le Père, le Fils et l'Esprit-Saint sont un dans la divinité, égaux dans la gloire, coéternels dans la majesté. Tel est le Père, tel est le Fils, et tel est l'Esprit-Saint. Le Père est incréé, le Fils est incréé, l'Esprit-Saint est incréé. Le Père est immense, le Fils est immense, l'Esprit-Saint est immense. Le Père est éternel, le Fils est éternel, l'Esprit-Saint est éternel. Et pourtant il n'y a pas trois éternels, mais un seul éternel. Ni trois incréés, ni trois immenses, mais un seul incréé, et un seul immense. De même le Père est tout-puissant, le Fils est tout-puissant, l'Esprit-Saint est tout-puissant. Et pourtant il n'y a pas trois tout-puissants, mais un seul tout-puissant. De même le Père est Dieu, le Fils est Dieu, le Saint-Esprit est Dieu. Et pourtant il n'y a pas trois Dieux, mais un seul Dieu. De même Seigneur est le Père, Seigneur est le Fils, Seigneur est l'Esprit-Saint. Et pourtant il n'y a pas trois Seigneurs, mais un seul Seigneur. Car de même que la vérité chrétienne nous oblige à confesser que chaque personne prise à part est Dieu et Seigneur, ainsi la religion catholique nous défend de dire qu'il y a trois Dieux ou trois Seigneurs. Le Père n'a été fait par personne, ni créé, ni engendré. Le Fils est du Père seul, non pas fait, ni créé, mais engendré. L'Esprit-Saint est du Père et du Fils, non pas fait, ni créé, ni engendré, mais procédant des deux. Il n'y a donc qu'un Père, et non trois Pères, un Fils, et non trois Fils, un Esprit-Saint, et non trois Esprit-Saints. Et dans cette Trinité rien n'est avant ou après, rien n'est plus grand ou moins grand, mais en tout les trois personnes sont réciproquement coéternelles et coégales. En sorte que de toute manière, comme on l'a dit plus haut, il nous faut vénérer l'unité dans la Trinité et la Trinité dans l'unité. Qui donc veut être sauvé doit ainsi penser de la Trinité. Mais il est nécessaire au salut éternel de croire fidèlement aussi à l'Incarnation de notre Seigneur Jésus-Christ. Il est donc d'une foi droite que nous croyions et confessions que notre Seigneur Jésus-Christ Fils de Dieu est Dieu et homme. Il est Dieu, engendré de la substance du Père avant les siècles; et il est homme, né dans le temps de la substance d'une mère. Dieu parfait et homme parfait, consistant dans une âme raisonnable et une chair humaine. Égal au Père selon sa divinité, inférieur au Père selon son humanité. Et qui, bien que Dieu et homme, n'est pas deux, mais un seul Christ. Un, non par un changement de la divinité en chair, mais par l'assomption de l'humanité en Dieu. Un tout-à-fait, non par le mélange de la substance, mais par l'unité de la personne: car de même que l'âme raisonnable et la chair ne sont qu'un seul homme, de même Dieu et l'homme ne sont qu'un seul Christ, qui a souffert pour notre salut, est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, siège à la droite de Dieu le Père tout-puissant, d'où il viendra juger les vivants et les morts. A son avènement tous les hommes doivent ressusciter avec leurs corps, et rendre compte de leurs propres actes. Et ceux qui auront fait le bien iront à la vie éternelle; mais ceux qui auront fait le mal, au feu éternel. Telle est la foi catholique, que chacun doit croire fidèlement et fermement, sous peine de ne pouvoir être sauvé.
Gloire au Père et au Fils et au Saint-Esprit comme il était au commencement, maintenant et toujours dans les siècles des siècles. Amen
.

 

SAM 0361

 

Agenda de saint François :

 

Dimanche 15 juin Grand’messe 10h30, messe lue 18h30.

 

Lundi 16 juin:

18h adoration du saint sacrement et confessions.

18h45 salut du saint sacrement.

19h sainte Messe.

 

Mardi 17 juin:

18h adoration du saint sacrement et confessions.

18h45 salut du saint sacrement.

19h sainte Messe.

 

Mercredi 18 juin:

7h sainte messe suivie du petit déjeuner offert à tous.

14h30 adoration et gouter de fin d’année des groupes de doctrine chrétienne

 

Jeudi 19 juin:

18h adoration du saint sacrement et confessions.

18h45 salut du saint sacrement.

19h sainte Messe.

 

Vendredi 20 juin :

18h adoration du saint sacrement et confessions.

18h45 salut du saint sacrement.

19h sainte Messe.

 

Samedi 21 juin :

10h, sacrement de pénitence

11h sainte Messe

Travaux à la Molière pour la fête Dieu

 

Dimanche 22 Juin: Messe unique à saint François, 10h30,

10 ans de sacerdoce du chanoine Cristofoli

 

 

Contacter votre chapelain :

 Chanoine Gwenaël Cristofoli, presbytère 20 rue saint Louis, 35000 Rennes.

 

02-99-31-74-92*06-98-31-31-23 chn.cristofoli@gmail.com

 

10  ans !

Deo Gratias !

 

Chers amis, ce mois de Marie nous donne encore un peu de paix et avant le feu du mois du sacré Cœur et de la Pentecôte, je profite de ce dimanche pour vous inviter tous à La Molière le dimanche 22 juin pour fêter mon anniversaire de sacerdoce.

Le matin la solennité de la fête Dieu sera célébrée à saint François à 10h30.

Nous nous retrouverons à La Molière autour d’un buffet familial et champêtre.

A 15h commencera la procession du saint sacrement qui se terminera par un TE DEUM d’action de Grâce !

Je compte sur vous tous ! avec toute mon amitié et une paternelle bénédiction, chanoine Gwenaël Cristofoli

---"----------------"------------------"------------------"----------------

Remettre ce coupon à M. Eric Bourges ou lui écrire : chapelle.econome@bbox.fr

Monsieur/madame/mademoiselle participera/ront à la journée du 22 juin2014 et s’inscrit/s’inscrivent : (nombre de participants svp)

 

Fà la préparation le samedi 21 juin et/ou le 22 (messe à 7h et petit déjeuner offert) 0 cochez la case !

F au buffet champêtre du dimanche 22 juin : 5euros/personne ; 20euros/famille (chèque à l’ordre de l’association saint Benoit de Nursie.)0 cochez la case !

 

F participation pour un cadeau « d’anniversaire » à M le chanoine. (Un ornement complet : chasuble, étole, manipule, voile et bourse en soie de Lyon.) (chèque à l’ordre de l’association saint Benoit de Nursie.)0cochez encore si vous le souhaitez !

Voir les commentaires

Carillon N°90

10 Juin 2014, 15:03pm

Publié par Le sacristain

 

Le carillon de saint François.

Lettre d’information de la chapellenie Saint François de Sales de Rennes

  Onzième  ANNÉE - N° 90 juin 2014

Solennité de la pentecôte

 

 

 

Traduction des textes sacrés :

Livre des Actes des Apôtres 2,1-11. 
Quand arriva le jour de la Pentecôte, les disciples étaient tous réunis dans un même lieu ; 
et tout à coup, il vint du ciel un bruit comme celui d'un violent coup de vent, qui remplit toute la maison où ils étaient assis. 
Et ils virent paraître des langues séparées, comme de feu ; et il s'en posa une sur chacun d'eux.
Et tous furent remplis d'Esprit-Saint, et ils se mirent à parler en d'autres langues, selon ce que l'Esprit leur donnait de proférer. 
Or il y avait, séjournant à Jérusalem, des Juifs, hommes pieux de toutes les nations qui sont sous le ciel. 
Ce bruit s'étant produit, la foule s'assembla et fut bouleversée, parce que chacun les entendait parler en sa propre langue. 
Ils étaient stupéfaits et s'étonnaient, disant : " Tous ces gens qui parlent, ne sont-ils pas des Galiléens ? 
Comment donc les entendons-nous chacun dans notre propre langue maternelle ? 
Parthes, Mèdes, Élamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce, du Pont et de l'Asie, de la Phrygie et de la Pamphylie, de l'Égypte et des contrées de la Lybie Cyrénaïque, Romains résidant ici,
tant Juifs que prosélytes, Crétois et Arabes, nous les entendons dire dans nos langues les merveilles de Dieu. " 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 14,23-31. 
En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera et nous viendrons à lui, et nous ferons en lui notre demeure. 
Celui qui ne m'aime pas, ne gardera pas mes paroles. Et la parole que vous entendez n'est pas de moi, mais du Père qui m'a envoyé. 
Je vous ai dit ces choses pendant que je demeure avec vous. 
Mais le Consolateur, l'Esprit-Saint, que mon Père enverra en mon nom, lui, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. 
Je vous laisse la paix, je vous donne ma paix ; je ne la donne pas comme la donne le monde. Que votre cœur ne se trouble point et ne s'effraye point. 
Vous avez entendu que je vous ai dit : Je m'en vais, et je reviens à vous. Si vous m'aimiez, vous vous réjouiriez de ce que je vais au Père, car mon Père est plus grand que moi. 
Et maintenant, je vous ai dit ces choses avant qu'elles n'arrivent, afin que, quand elles seront arrivées, vous croyiez.  Je ne m'entretiendrai plus guère avec vous, car le Prince de ce monde vient et il n'a rien en moi. 
Mais afin que le monde sache que j'aime mon Père, et que j'agis selon le commandement que mon Père m'a donné, levez-vous, partons d'ici.

 

 logoicrsp.jpg

Agenda de saint François :

 

Dimanche 8 juin Grand’messe 10h30, messe lue 18h30.

 

Lundi 9 juin: sainte Messe 9h.

 

Mardi 10 juin: sainte Messe 9h.

 

Mercredi 11 juin:

7h sainte messe suivie du petit déjeuner offert à tous.

12-17h retraite des premières communions.

 

Jeudi 12 juin:

18h adoration du saint sacrement et confessions.

18h45 salut du saint sacrement.

19h sainte Messe.

 

Vendredi 13 juin :

18h adoration du saint sacrement et confessions.

18h45 salut du saint sacrement.

19h sainte Messe.

 

Samedi 14 juin :

Kermesse.

 

Dimanche 15 Juin: Communions solennelles et communions privées.

Grand’messe 10h30, messe lue 18h30

 

A retenir :

11 juin : retraite des premières communions : 12h-17h.

15 Juin communions solennelles et premières communions.

22 juin : fête Dieu

 

 

Contacter votre chapelain :

 Chanoine Gwenaël Cristofoli, presbytère 20 rue saint Louis, 35000 Rennes.

 

02-99-31-74-92*06-98-31-31-23 chn.cristofoli@gmail.com

 

Le petit mot du chanoine…      

 

          Voici quelques extraits à méditer d’un sermon de saint François de Sales pour la fête de la Pentecôte :

 

          « Toutes les œuvres de Dieu qui regardent le salut des hommes et des Anges sont attribuées d’une façon particulière au Saint Esprit, d’autant que le Saint Esprit est l’amour du Père et du Fils. Dieu n’est qu’un en essence; toutefois la Divinité est en trois Personnes, Père, Fils et Saint Esprit, qui sont un seul vrai Dieu. Et par conséquent il est impossible que ce que fait l’une des Personnes divines les deux autres ne le fassent semblablement; et, comme dit le Symbole de saint Athanase, le Père est créateur, le Fils est créateur et le Saint Esprit est créateur, et toutes les œuvres de la création et autres ont été et sont également faites par les trois Personnes divines. Néanmoins, parce que le Saint Esprit est l’amour du Père et du Fils, on lui attribue les œuvres qui procèdent de la bonté de Dieu, comme est la justification et sanctification des âmes, ainsi que les œuvres qui procèdent immédiatement de la toute-puissance, comme celles de la création, sont attribuées au Père; c’est pourquoi nous disons: «Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre.»  Mais les œuvres de la sagesse sont attribuées au Fils parce qu’il est la Parole du Père ; c’est pourquoi l’œuvre de la rédemption lui est attribuée, d’autant que, comme un sage méde­cin, il a su guérir la nature humaine de tous ses maux.

          Les œuvres donc qui procèdent de la bonté de Dieu sont attribuées au Saint Esprit parce qu’il est l’amour, c’est-à-dire le soupir amoureux du Père et du Fils. Or, en cette fête, ayant à considérer les œuvres du Saint Esprit, les uns les regardent comme fruits, ainsi qu’ils sont décrits par l’Apôtre saint Paul dans l’Épître aux Galates (V, 22-23): « Les fruits de l’Esprit sont charité, joie, paix, patience, longanimité, bonté, bénignité, man­suétude, foi, modestie, continence et chasteté ». Les autres les considèrent et partagent en dons de science, d’interprétation et autres, ainsi que rapporte le même Apôtre en sa première Épître aux Corinthiens. (…)

          Il reste maintenant à dire comment nous pourrons savourer ces dons. Je le dis en un mot: il faut être en santé. Les malades ne savourent pas les viandes à cause du catarrhe qui occupe les parties destinées au goût; les malades spirituels veulent tout à rebours de bien: ils n’ont ni crainte ni force ni piété ni science. Qui veut recevoir les dons du Saint Esprit [il lui] faut se purger des humeurs peccantes. (…) il faut quitter les dons du monde pour recevoir ceux du Saint Esprit. L’esprit du monde a ses dons: il a la science pour parvenir aux honneurs, aux grandeurs et richesses; la force pour aller en duel; la crainte de devenir pauvre et de perdre le paradis du monde et ses faveurs. Il faut quitter ces dons, car ils sont incompatibles avec ceux du Saint Esprit; puis il lui faut abandonner notre cœur, et le prier de nous départir ses précieux dons et les conserver en nos âmes au péril de toutes nos affections, de nous donner le don de crainte pour opérer notre salut et d’ôter de nos cœurs les autres craintes que le diable nous suggère. Que tout le reste se perde, pourvu que nous ne perdions point Dieu. Que peut faire le monde? nous ôter deux ou trois jours de vie temporelle? Hé, que nous doit-il importer, pourvu que nous ne perdions pas la vie éternelle?

          Plaise donc à la divine Majesté de nous donner le don de crainte afin que nous le servions filialement; le don de piété pour le révérer comme notre Père très aimable; le don de science pour connaître le bien que nous devons faire et le mal que nous devons fuir; le don de force pour sur-monter courageusement toutes les difficultés que nous rencontrerons en la pratique de la vertu; le don de conseil pour discerner et choisir les moyens propres à nous perfectionner; le don d’enten-dement pour pénétrer la beauté et l’utilité des mystères de la foi et des maximes évangéliques, et enfin le don de sagesse pour goûter combien Dieu est aimable et pour savourer et expérimenter les dou-ceurs de son incompréhensible bonté. Ô que nous serons heureux, si nous recevons ces précieux dons! car sans doute ils nous conduiront au sommet de cette échelle mystique, où nous serons reçus de notre divin Sauveur qui nous y attend les bras ouverts pour nous rendre participants de sa gloire et félicité. »                                                   

 

Intention de prière de cette semaine : Pour les pèlerins de Chartres.

Voir les commentaires

Pourquoi la dévotion des premiers samedi du mois à saint François?

6 Juin 2014, 19:07pm

Publié par Le sacristain

« Regarde, ma fille, mon cœur entouré d'épines que les hommes ingrats, à tout moment, m'enfoncent par des blasphèmes et des ingratitudes. Toi, du moins, cherche à me consoler et dis que je promets d'assister à l'heure de la mort, avec toutes les grâces nécessaires au salut, tous ceux qui, le Premier Samedi, cinq mois de suite, se confesseront, recevront la Sainte communion, réciteront le chapelet et me tiendront compagnie pendant quinze minutes en méditant les 15 mystères du Rosaire avec l'intention de me faire réparation ». (La Vierge Marie à sœur Lucie de Fatima, le 10/12/1925)

 
 
 
Les cinq samedis répondent, selon une révélation de Jésus, aux cinq espèces d'offenses et de blasphèmes contre le Cœur Immaculé de Marie :
3. Blasphème contre Sa Divine Maternité, avec en même temps le refus de La reconnaître comme Mère des hommes.
4. Blasphème de ceux qui cherchent à semer dans le cœur des enfants l’indifférence, le mépris, ou même la haine de cette Mère Immaculée.
5. Offenses de ceux qui l’outragent directement dans ses Saintes Images.
 
 
 
Rappelons donc les conditions demandées par la Sainte Vierge pour cette dévotion (pour chaque samedi) :
1. Confession dans les huit jours
2. Communion réparatrice
3. Chapelet
4. Méditation de 15 minutes sur les mystères du Rosaire

Voir les commentaires

Le mois du sacré Coeur.

5 Juin 2014, 19:02pm

Publié par Le sacristain

Promesses faites par Notre-Seigneur Jésus-Christ 
à Sainte Marguerite-Marie en faveur des personnes qui pratiquent la dévotion à son Sacré-Cœur.

 

1. Je leur donnerai toutes les grâces nécessaires à leur état.

2. Je mettrai la paix dans leur famille.

3. Je les consolerai dans toutes leurs peines.

4. Je serai leur refuge assuré pendant la vie et surtout à la mort.

5. Je répandrai d'abondantes bénédictions sur toutes leurs entreprises.

6. Les pécheurs trouveront dans mon Cœur la source et l'océan infini de la miséricorde.

7. Les âmes tièdes deviendront ferventes.

8. Les âmes ferventes s'élèveront à une grande perfection.

9. Je bénirai moi-même les maisons où l'image de mon Sacré-Cœur sera exposée et honorée.

10. Je donnerai aux prêtres le talent de toucher les cœurs les plus endurcis.

11. Les personnes qui propageront cette dévotion auront leur nom écrit dans mon Cœur, où il ne sera jamais effacé.

 

12. Je te promets, dans l'excès de la miséricorde de mon Cœur, que son amour tout-puissant accordera à tous ceux qui communieront les premiers vendredis du mois, neuf fois de suite, la grâce de la pénitence finale, qu'ils ne mourront point dans ma disgrâce, ni sans recevoir leurs Sacrements, et que mon divin Cœur se rendra leur asile assuré à cette dernière heure.

 

« Je te rappelle, ma fille, que chaque fois que tu entendras l’horloge sonner trois heures, immerge-toi tout entière dans ma miséricorde en l’adorant et en la glorifiant ; fais appel à sa toute-puissance pour le monde entier et particulièrement pour les pauvres pécheurs, car à ce moment elle est grande ouverte à toutes les âmes. A cette heure-là, tu peux tout obtenir pour toi et pour les autres ; à cette heure, la grâce été donnée au monde entier, la miséricorde l’emporta sur la justice. Ma fille, essaie à cette heure-là de faire le chemin de croix autant que tes occupations te le permettent ; mais si tu ne peux pas faire le chemin de croix, entre au moins à la chapelle et célèbre mon cœur qui est plein de miséricorde dans le Saint Sacrement ; et si tu ne peux entrer à la chapelle, plonge-toi dans la prière là où tu te trouves, ne serait-ce que pour un tout petit moment. J’exige de toute créature de vénérer ma miséricorde » (Petit Journal de Sainte Faustine - § 1571).


 

 heuredelamisericorde

 

POUR NOUS AIDER A CE MOMENT-LA, VOICI DES PRIERES DE SAINTE FAUSTINE :


• Ô Sang et Eau, qui avez jailli du Coeur de Jésus comme source de Miséricorde pour nous, j'ai confiance en Vous.  (Petit Journal - § 187)

 

• Vous avez été à l’agonie, Jésus, mais la source de vie a jailli pour les âmes. Un océan de Miséricorde s'est découvert pour le monde entier. Ô source de vie, insondable Miséricorde de Dieu, submergez le monde entier, engloutissez-nous. (…) Vous avez préféré vous charger, Seul, uniquement par amour pour nous, d’une si terrible Passion. La Justice de votre Père aurait été fléchie par un seul de vos soupirs ! Votre anéantissement est uniquement l’oeuvre de votre Miséricorde et de votre inconcevable Amour. (…) Au moment de votre agonie sur la Croix, nous avons été dotés de la vie éternelle. En laissant ouvrir votre saint Côté, Vous nous avez ouvert l’inépuisable source de votre Miséricorde. Vous nous avez donné ce que Vous aviez de plus cher : le Sang et l’Eau de votre Coeur. Telle est la puissance de votre Miséricorde. C’est d’elle que provient toute grâce pour nous. (Petit Journal - § 1747)

 

• Ô Jésus écartelé sur la Croix, je T'en supplie, accorde-moi la grâce d'accomplir fidèlement la très sainte volonté de Ton Père, toujours, partout et en tout. Et lorsque cette volonté de Dieu me semblera bien dure et difficile à accomplir, c'est alors que je Te supplie Jésus, de faire que de tes Plaies coulent en moi force et puissance. Quant à ma bouche, fais qu’elle répète : « que ta Volonté soit faite, Seigneur ». Ô Sauveur du monde, si désireux du salut des hommes : dans une torture si atrocement douloureuse, Tu t’es oublié Toi-même pour ne penser qu'au salut des âmes ! Jésus très compatissant, accorde-moi la grâce de l'oubli de moi-même afin que je ne vive que pour les âmes, en T'aidant à l'oeuvre du salut, selon la très sainte volonté de ton Père. (Petit Journal - § 1264)

 

• Jésus, Vérité éternelle, notre Vie, j'implore et je mendie Ta miséricorde pour les pauvres pécheurs. Très doux Coeur de mon Seigneur, empli de pitié et d'indicible bonté, je Te supplie pour les pauvres pécheurs. Ô Coeur Sacré, source de Miséricorde, dont les rayons de grâces inconcevables se répandent sur tout le genre humain, je T'en supplie, donne la lumière aux pauvres pécheurs. Ô Jésus, souviens-Toi de ton amère Passion et ne permets pas que périssent les âmes rachetées au prix de ton précieux Sang. Ô Jésus, lorsque le contemple le don de ton Sang, je me réjouis de son inestimable valeur, car une goutte aurait suffi pour tous les pécheurs. Bien que le péché soit un gouffre de méchanceté et d’ingratitude, le prix donné pour nous est sans commune mesure : c’est pourquoi chaque âme doit avoir confiance en la Passion du Seigneur, confiance dans sa Miséricorde. Dieu ne refuse son pardon à personne. Le ciel et la terre peuvent changer, mais la miséricorde de Dieu ne s’épuisera jamais. Oh ! quelle joie brûle dans mon coeur, quand je vois ton inconcevable Bonté, ô mon Jésus. Je désire amener tous les pécheurs à tes pieds, pour qu'ils louent ton Amour infini, pendant les siècles sans fin. (Petit Journal - § 72)

Voir les commentaires

1 2 > >>