Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Site de la Chapelle Saint François de Rennes

Carillon N°81

1 Mars 2014, 13:12pm

Publié par Le sacristain

Le carillon de saint François.

Lettre d’information de la chapellenie Saint François de Sales de Rennes

Onzième ANNÉE - N° 81mars 2014

Dimanche de la quinquagésime.

Editorial, le mot du chapelain,

Le petit mot du chanoine…!

Notre Mère la Sainte Eglise nous invite au jeûne le mercredi des cendres et le vendredi saint. Comment, m. le chanoine, pouvons-nous répondre au mieux à cette sainte obligation ?

C’est en vous donnant la pratique respectée au séminaire, et celle que nous suivons au presbytère, que je vais essayer de vous éclairer. Comprenez bien qu’elle s’adapte à notre vie moderne, qui ne freine plus ses activités durant ce saint temps…

Pour le petit-déjeuner, nous prenons du pain avec un liquide (café ou thé).

Le déjeuner se constitue d’un plat unique et d’un yaourt.

Le souper, appelé traditionnellement « collation », comprend une soupe consistante et un fruit.

Cette pratique peut très bien être respectée aussi les vendredis de carême.

Que nous conseillez-vous durant ce carême ?

Je ne puis que vous rappeler ce que j’avais dit en chaire : « sentire cum Ecclesia »,

vibrer avec l’Eglise.

Durant cette sainte quarantaine, l’Eglise, à travers la messe propre de chaque jour, nous donne les sentiments avec lesquels nous devons vivre. Lisez donc ces textes d’une si haute antiquité…concluez votre prière du matin et/ou du soir avec la collecte de la messe et/ou l’oraison sur le peuple…voilà notre manne pour traverser avec courage le désert quadragésimal !

Votre chanoine !

Dimanche de la Quinquagésime

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 13,1-13.

Frères, quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, je suis un bronze sonore ou une cymbale retentissante. Quand j'aurais le don de prophétie, que je connaîtrais tous les mystères, et que je posséderais toute science ; quand j'aurais même toute la foi, jusqu'à transporter des montagnes, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien. Quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais mon corps aux flammes, si je n'ai pas la charité, tout cela ne me sert de rien. La charité est patiente, elle est bonne ; la charité n'est pas envieuse, la charité n'est point inconsidérée, elle ne s'enfle point d'orgueil ; elle ne fait rien d'inconvenant, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s'irrite point, elle ne tient pas compte du mal ; elle ne prend pas plaisir à l'injustice,mais elle se réjouit de la vérité ; elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout. La charité ne passera jamais. S'agit-il des prophéties, elles prendront fin ; des langues, elles cesseront ; de la science, elle aura son terme. Car nous ne connaissons qu'en partie, et nous ne prophétisons qu'en partie ; or, quand sera venu ce qui est parfait, ce qui est partiel prendra fin. Lorsque j'étais enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant ; lorsque je suis devenu homme, j'ai laissé là ce qui était de l'enfant. Maintenant nous voyons dans un miroir, d'une manière obscure, mais alors nous verrons face à face ; aujourd'hui je connais en partie, mais alors je connaîtrai comme je suis connu. Maintenant ces trois choses demeurent : la foi, l'espérance, la charité ; mais la plus grande des trois c'est la charité.

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 18,31-43.

En ce temps-là, Jésus prit à part les Douze et leur dit : " Voici que nous montons à Jérusalem, et que s'accomplira tout ce qui fut écrit par les prophètes au sujet du Fils de l'homme. En effet, il sera livré aux Gentils, sera bafoué, sera outragé, et sera couvert de crachats ; et, après l'avoir flagellé, on le fera mourir, et il ressuscitera le troisième jour. " Et eux ne comprirent rien à cela ; c'était pour eux un langage caché et ils ne savaient pas ce qui leur était dit. Comme il approchait de Jéricho, il se trouva qu'un aveugle était assis sur le bord du chemin, qui mendiait. Entendant passer la foule, il demanda ce que c'était. On l'informa que c'était Jésus de Nazareth qui passait. Et il s'écria : " Jésus, fils de David, ayez pitié de moi ! " Ceux qui marchaient devant lui commandèrent avec force de faire silence ; mais il criait beaucoup plus fort : " Fils de David, ayez pitié de moi ! " Jésus, s'étant arrêté, ordonna qu'on le lui amenât ; et quand il se fut approché, il lui demanda : " Que veux-tu que je te fasse ? " Il dit : " Seigneur, que je voie ! " Et Jésus lui dit : " Vois ! Ta foi t'a sauvé. " Et à l'instant il vit, et il le suivait en glorifiant Dieu. Et tout le peuple, à cette vue donna louange à Dieu.

Agenda de la semaine:

Dimanche 2 mars Grand’messe 10h30, messe lue 18h30. Lundi 3 mars: de la férie Mardi 4 mars : saint Casimir confesseur.

Mercredi 5 mars : 12h30 bénédiction, imposition et messe des cendres. Jeûne et abstinence.

Jeudi 6 mars : Jeudi après les cendres

Vendredi 7 mars : Vendredi après les cendres

Abstinence, jeûne conseillé.

Samedi 8 mars : Samedi après les cendres

Dimanche 9 mars Grand’messe 10h30, messe lue 18h30

1er Dimanche de carême.

Prière de communion spirituelle : "Ô, Seigneur Jésus, comme je ne puis Vous recevoir maintenant dans Votre Présence Sacramentelle, je Vous supplie de venir spirituellement dans mon âme pour m'enrichir de Votre Sainte Grâce et faire de moi Votre véritable héritage pour toujours. Ô Jésus vivant en Marie, venez et vivez en moi, dans l'esprit de Votre Sainteté, dans la plénitude de Votre Puissance, en communion avec Vos Mystères, dans la perfection de Vos Voies. Ô Hôte Divin, donnez à mon âme une Foi ferme et vivante, une confiance sans bornes, une parfaite humilité, un regret constant pour mes péchés, une totale soumission à Votre Divine Volonté et un amour parfait en union avec Vous de coeur et d’esprit. " Seigneur Jésus, je Vous remercie pour toutes les bénédictions et grâces que Vous m'avez données par cette Communion Spirituelle. Amen.

Prière à saint Joseph

protecteur de l'Eglise universelle (Léon XIII)

Ô bienheureux Joseph, nous recourons à vous dans notre tribulation

et, après avoir imploré le secours de votre très sainte Epouse,

nous sollicitons aussi, avec confiance, votre patronage.

Au nom de l'affection qui vous a uni à la Vierge immaculée, Mère de Dieu,

au nom de l'amour paternel dont vous avez entouré l'Enfant Jésus,

nous vous supplions de jeter un regard favorable

sur l'héritage que Jésus-Christ a conquis au prix de son sang,

et de nous assister de votre puissance et de votre secours,

dans tous nos besoins.

Protégez, ô très sage gardien de la Sainte Famille,

le peuple élu de Jésus-Christ.

Préservez-nous, ô Père très aimant,

de toute contagion de la corruption et de l'erreur.

Soyez-nous favorable, ô notre très puissant libérateur.

Du haut du ciel, assistez-nous dans le combat

que nous livrons à la puissance des ténèbres.

Et de même que vous avez arraché autrefois l'Enfant Jésus du péril de la mort,

délivrez aujourd'hui la sainte Eglise de Dieu

des embûches de l'ennemi et de toute adversité.

Couvrez chacun de nous de votre perpétuelle protection

afin que, à votre exemple et soutenus par votre secours,

nous puissions vivre saintement, mourir chrétiennement

et obtenir ainsi la béatitude éternelle. Amen.

Intentions de prière :

Différentes intentions particulières.

Pour le saint père en ce mois de saint Joseph qui est le saint patron de notre pape et du pape émérite Benoit XVI.

Pour la pureté de notre jeunesse, Saint Joseph modèle de chasteté veillez sur elle.

 

Contacter votre chapelain :

Chanoine Gwenaël Cristofoli, presbytère 20 rue saint Louis, 35000 Rennes.

02-99-31-74-92*06-98-31-31-23

chn.cristofoli@gmail.com

Commenter cet article