Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Site de la Chapelle Saint François de Rennes

Profanation, cambriolage: réparation.

10 Avril 2014, 17:11pm

Publié par Le sacristain

Mes biens chers amis, La chapelle saint François a été cambriolée, la porte de la sacristie défoncée, tous les ornements, les linges liturgiques, les vases sacrés gisent au sol. Les troncs ont été vidés... Mais pire que tout cela, le saint tabernacle ouvert et les ciboires visités. C'est un très profond choc pour moi. Rien ne vaut une seule parcelle d'hostie consacrée et je prie Dieu que les voleurs n'aient pas poussé l'outrage jusqu'au sacrilège contre la Présence réelle directement. Cette profanation réclame une cérémonie de réparation. Je vous propose que ce soit le chemin de croix et la messe prévue demain vendredi de la Passion. Sainte Messe 18h Chemin de croix 19h Dimanche, nous pourrions offrir le saint sacrifice et nos communions à cette intention et pour le repentir des voleurs sacrilèges. Mes biens chers frères, je ne me souviens pas dans ma courte vie sacerdotale avoir ressenti une telle blessure en plein cœur. Prions, Dieu sait bien tirer de nos sacrifices le levain pour la pâte et la force de la Charité. Je compte sur vous et de tout cœur et bien paternellement je vous bénis, In Christo Rege, chanoine Cristofoli

Voir les commentaires

Carillon N°86

7 Avril 2014, 04:24am

Publié par Le sacristain

 

Le carillon de saint François.

Lettre d’information de la chapellenie Saint François de Sales de Rennes

  Onzième  ANNÉE - N° 87 avril 2014

1er dimanche de la passion.

 

Editorial, le mot du chapelain,

En ce moment, tout nous convie au deuil. Sur l'autel, la croix elle-même a disparu sous un voile sombre; les images des Saints sont couvertes de linceuls; l'Eglise est dans l'attente du plus grand des malheurs. Ce n'est plus de la pénitence de l’Homme-Dieu qu'elle nous entretient; elle tremble à la pensée des périls dont il est environné. Nous allons lire tout à l'heure dans l'Evangile que le Fils de Dieu a été sur le point d'être lapidé comme un blasphémateur; mais son heure n'était pas venue encore. Il a dû fuir et se cacher. C'est pour exprimer à nos yeux cette humiliation inouïe du Fils de Dieu que l'Eglise a voilé la croix. Un Dieu qui se cache pour éviter la colère des hommes! Quel affreux renversement! Est-ce faiblesse, ou crainte de la mort ? La pensée en serait un blasphème; bientôt nous le verrons aller au-devant de ses ennemis. En ce moment, il se soustrait à la rage des Juifs, parce que tout ce qui a été prédit de lui ne s’est pas encore accompli. D'ailleurs ce n'est pas sous les coups de pierres qu'il doit expirer; c'est sur l'arbre de malédiction, qui deviendra dès lors l'arbre de vie. Humilions-nous, en voyant le Créateur du ciel et de la terre réduit à se dérober aux regards des hommes, pour échapper à leur fureur. Pensons à cette lamentable journée du premier crime, où Adam et Eve, coupables, se cachaient aussi, parce qu'ils se sentaient nus. Jésus est venu pour leur rendre l'assurance par le pardon : et voici qu'il se cache lui-même ; non parce qu'il est nu, lui qui est pour ses saints le vêtement de sainteté et d'immortalité; mais parce qu'il s'est rendu faible, afin de nous rendre notre force. Nos premiers parents cherchaient à se soustraire aux regards de Dieu; Jésus se cache aux yeux des hommes; mais il n'en sera pas toujours ainsi. Le jour viendra où les pécheurs, devant qui il semble fuir aujourd'hui, imploreront les rochers et les montagnes, les suppliant de tomber sur eux et de les dérober à sa vue; mais leur vœu sera stérile, et « ils verront le Fils de l'homme assis sur les nuées du ciel, dans une puissante et souveraine majesté (1) »

Ce dimanche est appelé Dimanche de la Passion, parce que l'Eglise commence aujourd'hui à s'occuper spécialement des souffrances du Rédempteur. On le nomme aussi Dimanche Judica, du premier mot de l'Introït de la messe ; enfin Dimanche de la Néoménie, c'est-à-dire de la nouvelle lune pascale, parce qu'il tombe toujours après la nouvelle lune qui sert à fixer la fête de Pâques.

Dans l'Eglise grecque, ce Dimanche n'a pas d'autre nom que celui de cinquième Dimanche des saints jeûnes.

( dom Guéranger, l’année liturgique)

 A Rome, la Station est dans la Basilique de Saint-Pierre. L'importance de ce Dimanche, qui ne cède la place à aucune fête, quelque solennelle qu'elle soit, demandait que la réunion des fidèles eût lieu dans l'un des plus augustes sanctuaires de la ville sainte.

L'Introït est le début du Psaume xlii. Le Messie implore le jugement de Dieu, et proteste contre la sentence que les hommes vont porter contre lui. Il témoigne en même temps son espoir dans le secours de son Père, qui, après l'épreuve, l'admettra triomphant dans sa gloire.

 

 

( dom Guéranger, l’année liturgique)

Dimanche de la Passion

Lettre aux Hébreux
 9,11-15. 
Mes frères, le Christ, grand-prêtre des biens à venir, est entré une seule fois dans le sanctuaire, par un tabernacle plus digne et plus parfait, qui n'a point été fait de main d'homme et n'a pas été formé à la manière de ce monde.
Et ce n'est pas avec le sang des boucs et des taureaux, mais avec son propre sang, qu'il est entré une fois pour toutes dans le saint des Saints, après nous avoir acquis une rédemption éternelle.
 
Car si le sang des boucs et des taureaux, si la cendre d'une génisse, dont on asperge ceux qui sont souillés, sanctifient de manière à procurer la pureté de la chair,
 
combien plus le sang du Christ qui, par l'Esprit éternel, s'est offert lui-même sans tache à Dieu, purifiera-t-il notre conscience des œuvres mortes, pour servir le Dieu vivant ?
 
Et c'est pour cela qu'il est médiateur d'une nouvelle alliance, afin que, sa mort ayant eu lieu pour le pardon des transgressions commises sous la première alliance, ceux qui ont été appelés reçoivent l'héritage éternel qui leur a été promis.
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
 8,46-59. 
En ce temps-là, Jésus disait à la foule des Juifs : Qui de vous me convaincra de péché ? Si je vous dis la vérité, pourquoi ne me croyez-vous pas ? 
Celui qui est de Dieu entend la parole de Dieu ; c'est parce que vous n'êtes pas de Dieu que vous ne l'entendez pas."
 
Les Juifs lui répondirent : "N'avons-nous pas raison de dire que vous êtes un Samaritain et que vous êtes possédé du démon ?"
 
Jésus répondit : "Il n'y a point en moi de démon ; mais j'honore mon Père, et vous, vous m'outragez.
 
Pour moi, je n'ai point souci de ma gloire : il est quelqu'un qui en prend soin et qui fera justice.
 
En vérité, en vérité, je vous le dis, si quelqu'un garde ma parole, il ne verra jamais la mort."
 
Les Juifs lui dirent : "Nous voyons maintenant qu'un démon est en vous. Abraham est mort, les prophètes aussi, et vous, vous dites : Si quelqu'un garde ma parole, il ne verra jamais la mort.
 
Etes-vous plus grand que notre père Abraham, qui est mort ? Les Prophètes aussi sont morts ; qui prétendez-vous être ?"
 
Jésus répondit : "Si je me glorifie moi-même, ma gloire n'est rien ; c'est mon Père qui me glorifie, lui dont vous dites qu'il est votre Dieu ;
 
Et pourtant vous ne le connaissez pas ; mais moi, je le connais ; et si je disais que je ne le connais pas, je serais menteur comme vous. Mais je le connais et je garde sa parole.
 
Abraham votre père, a tressailli de joie de ce qu'il devait voir mon jour ; il l'a vu, et il s'est réjoui."
 
Les Juifs lui dirent : "Vous n'avez pas encore cinquante ans, et vous avez vu Abraham ?"
 
Jésus leur répondit : "En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham fut, je suis."
 
Alors ils prirent des pierres pour les lui jeter ; mais Jésus se cacha, et sortit du temple.
 

 

 

Intentions de prière :

Pour tous les chrétiens persécutés, particulièrement en orient.

Pour les étudiants qui vont passer des examens.

 

Pour nos malades.

Horaires confessions  Semaines saintes : lundi saint : 18h-18h45 saint François ; mardi saint : 10h-12h saint Sauveur, 17h-18h30 saint François ; mercredi saint 8h30-11h.saint François ; jeudi saint 10h-12h saint Sauveur ;

Vendredi saint 10h-12h.

 

 

Dans ses révélations, Sainte Brigitte de Suède compta 5 480 plaies infligées à Jésus durant Sa Passion.
CONSECRATION AUX PLAIES DE JESUS-CHRIST 
Dieu tout puissant qui avez voulu vous incarner 
Sous forme de l’une de vos créatures par amour pour moi, 
Afin de supporter l'insupportable,
Je vous consacre ma vie et mon éternité. 

O Saintes Plaies des mains de Jésus-Christ, 
Je vous consacre mes mains, 
Afin de travailler toujours à votre gloire.

O Saintes Plaies des pieds de Jésus-Christ, 
Je vous consacre mes pieds, 
Afin de marcher toujours à votre suite.

O Saintes Plaies du dos de Jésus-Christ,
Je vous consacre ma chair,
Afin qu'elle soit toujours soumise 
A Votre Très Sainte Volonté. 

O Saintes Plaies de la tête de Jésus-Christ,
Je vous consacre mon esprit,
Afin que mon intelligence 
Ne soit pas un obstacle à ma sanctification. 

O Saintes Plaies du Coeur de Jésus-Christ,
Je vous consacre mon coeur, 
Afin que, désormais uni au votre,
Il déborde d'amour pour les hommes, mes frères.

O Très Précieux Sang de Jésus-Christ, 
Je vous consacre tout mon sang, 
Afin que désormais ne coule dans mes veines,
Que Foi, Espérance et Charité. 

Agenda de saint François :

 

Dimanche 6 avril Grand’messe 10h30, messe lue 18h30.

 

Lundi 7 avril:Lundi de la passion

7h messe

 

Mardi 8 avril : mardi de la passion

 

Mercredi 9 avril : mercredi de la passion

7h sainte messe suivie du petit déjeuner offert à tous.

14h30 et18h instruction chrétienne.

 

Jeudi 10 avril : Jeudi de la passion

18h adoration et sacrement de pénitence, 18h45 salut du saint Sacrement,

19h sainte messe

20h30 réunion Domus Christiani

 

Vendredi 11 avril : vendredi de la passion

18h sainte Messe

 19h  chemin de croix, adoration de la relique de la vraie Croix.

 

Samedi 12  avril : samedi de la passion

10h sacrement de pénitence, 11h sainte messe.

 

Dimanche 13  avril  Dimanche des rameaux Grand’messe 10h30, messe lue 18h30

 

 

Contacter votre chapelain :

 Chanoine Gwenaël Cristofoli, presbytère 20 rue saint Louis, 35000 Rennes.

 

02-99-31-74-92*06-98-31-31-23 chn.cristofoli@gmail.com

Voir les commentaires

actu chapelle!

30 Mars 2014, 15:39pm

Publié par Le sacristain

30/03/2014 17:39:32
Nouvelles 4ème dimanche de carême

Chers amis, ce beau dimanche de laetare nous a bien "rechargé les batteries", avançons avec feu jusqu'au jours saints et à la glorieuse Résurrection! cette semaine la messe est célébrée deux jours de suite à" l'aurore"...lundi et mardi: 7h. Metro, communio et oratio! boulot dodo...rdv à la chapelle. les autres jours les horaires auxquels vous êtes accoutumés.

Vendredi le chemin de croix est avancé à 19h afin de vous permettre d'y participer plus nombreux! La sainte Messe le précède à 18h.

L'activité des étudiants lundi soir est annulée...désolé!Notre prochain RDV sera après Pâques, vos partiels seront passés vous serez plus sereins, d'ici là allumez quelques cierges à la Madonne: bon courage!

Nous continuons à prier pour M du Halgouet, madame Monique Thomas de la Pintière, pour la grand-mère de mademoiselle camille Pinon.

Prions pour le repos de l'âme de la grand-mère du chanoine Antoine Boucheron, notre confrère de saint Brieuc.

Notre après midi au musée avec les "demoiselles de saint François" samedi a été un beau succés et un moment très apprécié du chapelain, indéniablement nos jeunes paroisiennes sont plus calmes que leurs frères et amis... ; )

Marine Cadec prononcera sa promesse samedi aux Gayeulles prions pour elle, elle assiste notre dévouée Akela!

Bonnes vacances aux séminaristes de Gricigliano dans la région! Merci pour leur présence ce matin et que Dieu bénisse leur repos!...ils ne l'ont pas volé!

Le temps de la passion arrive, pensez à couvrir chez vous toutes les images saintes de tissus violets, puissions nous tous être passionné du Christ! Qu'il vous bénisse et que sa sainte Mère vous garde, chanoine Cristofoli

Rappel de l'Agenda:

Lundi 31 mars:Lundi de la 4ème semaine de Carême

18h adoration et sacrement de pénitence, 18h45 salut du saint Sacrement,

19h sainte messe

 

Mardi 1er avril : mardi de la 4ème semaine de Carême

7h sainte messe

 

Mercredi 2 avril : mercredi de la 4ème semaine de Carême

7h sainte messe suivie du petit déjeuner offert à tous.

14h30 et18h instruction chrétienne.

 

Jeudi 3 avril : Jeudi de la 4ème semaine de Carême

18h adoration et sacrement de pénitence, 18h45 salut du saint Sacrement,

19h sainte messe

 

Vendredi 4 avril : vendredi de la 4ème semaine de Carême

18h sainte Messe

 19h  chemin de croix, adoration de la relique de la vraie Croix.

 

Samedi 5  avril : samedi de la 4ème semaine de carême

10h sacrement de pénitence, 11h sainte messe.

 

Dimanche 6  avril Grand’messe 10h30, messe lue

Contacter votre chapelain :

 

Chanoine Gwenaël Cristofoli, presbytère 20 rue saint Louis, 35000 Rennes.

 

02-99-31-74-92*06-98-31-31-23 chn.cristofoli@gmail.com

Voir les commentaires

carillon N°85

29 Mars 2014, 08:14am

Publié par Le sacristain

 

Le carillon de saint François.

Lettre d’information de la chapellenie Saint François de Sales de Rennes

  Onzième  ANNÉE - N° 85 mars 2014

4ème dimanche de carême.

 

 Editorial, le mot du chapelain,

 

 

 

La petite histoire drôle du dimanche de « laetare ».

 

Deux avares pendant la Messe :

- Je parie que je donnerai moins que toi à la quête !

- Pari tenu !

La quêteuse arrive, le premier met un centime.

Le deuxième, indiquant le centime du premier : « pour tous les deux ».

 

 

Le sacristain se confesse à son curé. Après avoir énuméré ses péchés, le curé demande : « Vous n’avez rien oublié ?- Pas de réponse- et qui boit mon vin de messe chaque jour ?-Toujours aucune réponse- Mais vous êtes dur d’oreille ou quoi ? Qui finit mes bouteilles de vin de messe ?!? » Ne recevant aucune réponse, le curé excédé sort de son confessionnal et demande au sacristain : « Mais vous êtes subitement devenu sourd ?- Je n’entends rien du tout, rétorque le bedeau, ca doit venir de la grille. Essayez vous-même ! » Le curé s’agenouille à la place du pénitent et le sacristain à la place du prêtre. « Et qui n’a pas versé le salaire à son sacristain depuis plus de trois mois ? » Le curé se relève, sort du confessionnal et dit au sacristain : « Vous aviez raison, on entend rien du tout !!! »

 

Nous partons pour la dernière ligne droite avant le triduum pascal, avec déjà la joie au cœur des enfants chéris de Dieu.

Par les mérites de la passion de Jésus nous sommes devenus enfants et héritiers du royaume, que cette joie surnaturelle nous habite dès aujourd’hui, regardons la croix en nous disant : » c’est à ce prix qu’Il m’a aimé ! »

Que Dieu vous bénisse tous !

 

Votre chanoine.

 

Quatrième Dimanche de Carême (Laetare)


Lettre de saint Paul Apôtre aux Galates 4,22-31. 
Frères : il est écrit qu'Abraham eut deux fils, l'un de l'esclave, l'autre de la femme libre. 
Mais le fils de la servante naquit selon la chair, et celui de la femme libre en vertu de la promesse.
 
Ces choses ont un sens allégorique ; car ces femmes sont deux alliances. L'une, du mont Sinaï, enfantant pour la servitude : c'est Agar,
 
— car Sinaï est une montagne en Arabie — elle correspond à la Jérusalem actuelle, laquelle est esclave, elle et ses enfants.
 
Mais la Jérusalem d'en haut est libre : c'est elle qui est notre mère ;
 
car il est écrit : " Réjouis-toi, stérile, toi qui n'enfantais point ! Eclate en cris de joie et d'allégresse, toi qui ne connaissais pas les douleurs de l'enfantement ! Car les enfants de la délaissée seront plus nombreux que les enfants de celle qui avait l'époux. "
 
Pour vous, frères, vous êtes, à la manière d'Isaac, enfants de la promesse.
 
Mais de même qu'alors celui qui était né selon la chair persécutait celui qui était né selon l'Esprit, ainsi en est-il encore maintenant.
 
Mais que dit l'Ecriture ? " Chasse l'esclave et son fils, car le fils de l'esclave ne saurait hériter avec le fils de la femme libre. "
 
C'est pourquoi, frères, nous ne sommes pas enfants de la servante, mais de la femme libre.
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
 6,1-15. 
En ce temps-là, Jésus s'en alla de l'autre côté de la mer de Galilée ou de Tibériade. 
Et une foule nombreuse le suivait, parce qu'elle voyait les miracles qu'il opérait sur ceux qui étaient malades.
  Jésus monta sur la montagne, et là, il s'assit avec ses disciples. 
Or la Pâque, la fête des Juifs était proche.
 
Jésus donc ayant levé les yeux, et voyant qu'une grande foule venait à lui, dit à Philippe : "Où achèterons-nous du pain pour que ces gens aient à manger ?"
 
Il disait cela pour l'éprouver, car lui, il savait ce qu'il devait faire.
 
Philippe lui répondit : "Deux cents deniers de pain ne suffiraient pas pour que chacun en reçoive un morceau."
 
Un de ses disciples, André, frère de Simon-Pierre, lui dit :
 
"Il y a ici un jeune homme qui a cinq pains d'orge et deux poissons ; mais qu'est-ce que cela pour tant de monde ?"
 
Jésus dit : "Faites les asseoir." Il y avait beaucoup d'herbe en ce lieu. Ils s'assirent donc, au nombre d'environ cinq mille.
 
Jésus prit les pains, et ayant rendu grâces, il les distribua à ceux qui étaient assis ; il leur donna de même des deux poissons, autant qu'ils en voulurent.
 
Lorsqu'ils furent rassasiés, il dit à ses disciples : "Recueillez les morceaux qui restent, afin que rien ne se perde."
 
Ils les recueillirent, et remplirent douze corbeilles des morceaux qui étaient restés des cinq pains d'orge, après qu'ils eurent mangé.
 
Ces hommes ayant vu le miracle que Jésus avait fait, disaient : "Celui-ci est vraiment le Prophète qui doit venir dans le monde."
 
Sachant donc qu'ils allaient venir l'enlever pour le faire roi, Jésus se retira de nouveau, seul, sur la montagne.
 

 

Merci de prier chers amis pour le repos de la grand-mère de M le chanoine Antoine Boucheron, rappellé à Dieu mercredi dernier et enterré samedi 29 mars à Alançon. RIP.

Nous vous recommandons la santé de M du Halgouet et de madame Monique Thomas de la Pintière.

Agenda de saint François :

Dimanche30 mars Grand’messe 10h30, messe lue 18h30.

 

Lundi 31 mars:Lundi de la 4ème semaine de Carême

18h adoration et sacrement de pénitence, 18h45 salut du saint Sacrement,

19h sainte messe

20h15 Ciné Débat Foi ! pour les étudiants, au presbytère, 20 rue saint Louis.

 

 

Mardi 1er avril : mardi de la 4ème semaine de Carême

7h sainte messe

 

Mercredi 2 avril : mercredi de la 4ème semaine de Carême

7h sainte messe suivie du petit déjeuner offert à tous.

14h30 et18h instruction chrétienne.

 

Jeudi 3 avril : Jeudi de la 4ème semaine de Carême

18h adoration et sacrement de pénitence, 18h45 salut du saint Sacrement,

19h sainte messe

 

Vendredi 4 avril : vendredi de la 4ème semaine de Carême (1er du mois, communion réparatrice au Sacré Coeur)

18h sainte Messe

 19h  chemin de croix, adoration de la relique de la vraie Croix.

 

Samedi 5  avril : samedi de la 4ème semaine de carême (1er du mois, communion réparatrice au coeur immaculé de Marie)

10h sacrement de pénitence, 11h sainte messe.

 

Dimanche 6  avril Grand’messe 10h30, messe lue

 

 

Contacter votre chapelain :

 Chanoine Gwenaël Cristofoli, presbytère 20 rue saint Louis, 35000 Rennes.

 

02-99-31-74-92*06-98-31-31-23 chn.cristofoli@gmail.com

Voir les commentaires

carillon N°84

24 Mars 2014, 21:33pm

Publié par Le sacristain

 

Le carillon de saint François.

Lettre d’information de la chapellenie Saint François de Sales de Rennes

  Onzième  ANNÉE - N° 84 mars 2014

3ème dimanche de carême.

 

 

Editorial, le mot du chapelain,

 

La dévotion des 5 premiers samedi du mois d’après sœur Lucie de Fatima :

« ... au cœur de ta mère du ciel ... »

Le 10 décembre 1925, la très Sainte Vierge apparut à sœur Lucie de Fatima, et à côté d’elle, porté par une nuée lumineuse, l’Enfant-Jésus. La très Sainte Vierge mit la main sur son épaule et lui montra, en même temps, un Cœur entouré d’épines qu’elle tenait dans l’autre main. Au même moment, l’Enfant lui dit :

« Aie compassion du Cœur de ta très Sainte Mère entouré des épines que les hommes ingrats lui enfoncent à tout moment, sans qu’il y ait personne pour faire acte de réparation afin de les en retirer. »

Ensuite la très Sainte-Vierge lui dit :

« Vois, ma fille, mon Cœur entouré d’épines que les hommes ingrats m’enfoncent à chaque instant par leurs blasphèmes et leurs ingratitudes. Toi, du moins, tâche de me consoler et dis que tous ceux qui, pendant cinq mois, le premier samedi, se confesseront, recevront la sainte Communion, réciteront un chapelet, et me tiendront compagnie pendant quinze minutes en méditant sur les quinze mystères du Rosaire, en esprit de réparation, je promets de les assister à l’heure de la mort avec toutes les grâces nécessaires pour le salut de leur âme ».

Dans la nuit du 29 mars 1930, Jésus disait à sœur Lucie :

« Ma fille, le motif en est simple. Il y a cinq espèces d’offenses et de blasphèmes proférés contre le Cœur Immaculé de Marie :

Les blasphèmes contre l’Immaculée-Conception.

Les blasphèmes contre sa Virginité

 

Les blasphèmes contre sa Maternité Divine, en la refusant en même temps de la reconnaître comme Mère des hommes. 

« Les blasphèmes de ceux qui cherchent publiquement à mettre dans le cœur des enfants l’indifférence ou le mépris, ou même la haine à l’égard de cette Mère Immaculée.

En offenses de ceux, qui l’outragent directement dans ses saintes images.


Voilà ma fille, le motif pour lequel le Cœur Immaculé de Marie m’a inspiré de demander cette petite réparation.

Le 15 février 1926, sœur Lucie disait à Notre-Seigneur qui lui apparaissait

« Mais mon confesseur disait dans sa lettre que cette dévotion ne faisait pas défaut dans le monde, parce qu’il y avait déjà beaucoup d’âmes qui vous recevaient chaque premier samedi, en l’honneur de Notre-Dame et des quinze mystères de Rosaire.

« C’est vrai, ma fille, que beaucoup d’âmes commencent, mais peu vont jusqu’au bout et celles qui persévèrent le font pour recevoir les grâces qui y sont promises. Les âmes qui font les cinq premiers samedi avec ferveur et dans le but de faire RÉPARATION AU CŒUR DE TA MÈRE DU CIEL me plaisent davantage que celles qui en font quinze, tièdes et indifférentes.

« Mon Jésus bien des âmes ont de la difficulté à se confesser le Samedi. Si vous permettiez que la confession dans les huit jours soit valide ?

« Oui. Elle peut-être faite même au-delà, pourvu que les âmes soient en état de grâce le premier samedi, lorsqu’elles me recevront et que dans cette confession antérieure, elles aient l’intention de faire réparation au Sacré-Cœur de Marie».

« Mon Jésus! Et celles qui oublieront de formuler cette intention ?

« Elles pourront la formuler à la confession suivante, profitant de la première occasion qu’elles auront de se confesser ».


La Vierge disait à Lucie le 13 juin 1917 :

« Jésus veut se servir de toi afin de me faire connaître et aimer. Il veut établir dans le monde la Dévotion à mon Cœur-Immaculé. À qui embrassera cette dévotion, je promets le salut, ces âmes seront chéries de Dieu, comme des fleurs placées par Moi pour orner son trône ».

 Contacter votre chapelain :

 Chanoine Gwenaël Cristofoli, presbytère 20 rue saint Louis, 35000 Rennes.

 

02-99-31-74-92*06-98-31-31-23 chn.cristofoli@gmail.comTroisième Dimanche de Carême


Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 5,1-9. 
Mes frères, soyez les imitateurs de Dieu, comme des enfants bien-aimés, 
et marchez dans la charité, à l'exemple du Christ, qui nous a aimés et s'est livré lui-même à Dieu pour nous comme une oblation et un sacrifice d'agréable odeur. 
Qu'on n'entende même pas dire qu'il y ait parmi vous de fornication, d'impureté de quelque sorte, de convoitise, ainsi qu'il convient à des saints. 
Point de paroles déshonnêtes, ni de bouffonneries, ni de plaisanteries grossières, toutes choses qui sont malséantes ; mais plutôt des actions de grâces. 
Car, sachez-le bien, aucun impudique, aucun impur, aucun homme cupide lequel est un idolâtre, n'a d'héritage dans le royaume du Christ et de Dieu.
Que personne ne vous abuse par de vains discours ; car c'est à cause de ces vices que la colère de Dieu vient sur les fils de l'incrédulité. 
N'ayez donc aucune part avec eux. 
Autrefois vous étiez ténèbres, mais à présent vous êtes lumière dans le Seigneur, marchez comme des enfants de lumière. 
Car le fruit de la lumière consiste en tout ce qui est bon, juste et vrai. 


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 11,14-28. 
En ce temps-là, Jésus chassait un démon, et ce démon était muet. Et lorsqu'il eut chassé le démon, le muet parla, et la foule fut dans l'admiration. 
Mais quelques-uns d'entre eux dirent : " C'est par Béelzéboul, le chef des démons, qu'il chasse les démons. " 
D'autres, pour le mettre à l'épreuve, lui demandaient un signe venant du ciel.
Connaissant leurs réflexions, il leur dit : " Tout royaume divisé contre lui-même va à la ruine et les maisons tombent l'une sur l'autre. 
Et si Satan aussi est divisé contre lui-même, comment son royaume pourra-t-il subsister ? puisque vous dites que c'est par Béelzéboul que je chasse les démons. 
Mais si, moi, je chasse les démons par Béelzéboul, par qui vos fils les chassent-ils ? C'est pourquoi ils seront eux-mêmes vos juges. 
Mais si c'est par le doigt de Dieu que je chasse les démons, le royaume de Dieu est donc arrivé à vous. 
Lorsque l'homme fort et bien armé garde son palais, ce qu'il possède est en sûreté. 
Mais qu'il en survienne un plus fort qui le vainque, il lui enlève toutes les armes dans lesquelles il mettait sa confiance, et il distribue ses dépouilles. 
Qui n'est pas avec moi est contre moi, et qui n'amasse pas avec moi disperse. 
Lorsque l'esprit impur est sorti d'un homme, il va par des lieux arides, cherchant du repos. N'en trouvant point, il dit : " Je retournerai dans ma maison, d'où je suis sorti. " 
et revenu, il la trouve nettoyée et ornée. 
Alors il s'en va prendre sept autres esprits plus mauvais que lui et, étant entrés, ils y fixent leur demeure, et le dernier état de cet homme devient pire que le premier. " 
Or, comme il parlait ainsi, une femme, élevant la voix du milieu de la foule, lui dit : Heureux le sein qui vous a porté, et les mamelles que vous avez sucées ! 
Mais il lui dit : " Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui la gardent ! "
 

Agenda de saint François :

 

Dimanche23 mars Grand’messe 10h30, messe lue 18h30.

 

Lundi 24 mars:Lundi de la troisième semaine de Carême

18h adoration et sacrement de pénitence, 18h45 salut du saint Sacrement,

19h sainte messe

 

Mardi 25 mars : Annonciation de la Très Sainte Vierge Marie

18h adoration et sacrement de pénitence, 18h45 salut du saint Sacrement,

19h sainte messe

 

Mercredi 26 mars : mercredi de la 3ème semaine de Carême

7h sainte messe suivie du petit déjeuner offert à tous.

14h30 et18h instruction chrétienne.

20h30 groupe de formation « jeunes-pro »

 

Jeudi 27 mars : Jeudi de la 3ème semaine de Carême

18h adoration et sacrement de pénitence, 18h45 salut du saint Sacrement,

19h sainte messe

 

 

Vendredi 28 mars : vendredi de la 3ème semaine de Carême

18h adoration et sacrement de pénitence, 18h45 salut du saint Sacrement,

 19h sainte messe

 

 

Samedi 29 mars : samedi de la 3ème semaine de carême

10h sacrement de pénitence, 11h sainte messe.

 

Dimanche 30 mars Grand’messe 10h30, messe lue 18h30

Voir les commentaires

Ce soir:

21 Mars 2014, 14:34pm

Publié par Le sacristain

Une pieuse soirée en l'honneur de saint Benoit! 18h adoration du SS Sacrement 19h messe. Indulgence plénière aux conditions habituelles. Distribution de la médaille de saint Benoit. 19h45 chemin de croix.

Voir les commentaires

Benedictus!

20 Mars 2014, 16:24pm

Publié par Le sacristain

Bonne fête de saint Benoit à tous!

Texte de méditation pour entrer dans l'esprit de la fête:

BENOÎT XVI

AUDIENCE GÉNÉRALE

Mercredi 9 avril 2008

 

Saint Benoît de Nursie

 

Chers frères et sœurs,

Je voudrais parler aujourd'hui de saint Benoît, fondateur du monachisme occidental, et aussi Patron de mon pontificat. Je commence par une parole de saint Grégoire le Grand, qui écrit à propos de saint Benoît:  "L'homme de Dieu qui brilla sur cette terre par de si nombreux miracles, ne brilla pas moins par l'éloquence avec laquelle il sut exposer sa doctrine" (Dial. II, 36). Telles sont les paroles que ce grand Pape écrivit en l'an 592; le saint moine était mort à peine 50 ans auparavant et il était encore vivant dans la mémoire des personnes et en particulier dans le florissant Ordre religieux qu'il avait fondé. Saint Benoît de Nursie, par sa vie et par son œuvre, a exercé une influence fondamentale sur le développement de la civilisation et de la culture européenne. La source la plus importante à propos de la vie de ce saint est le deuxième livre des Dialogues de saint Grégoire le Grand. Il ne s'agit pas d'une biographie au sens classique. Selon les idées de son temps, il voulut illustrer à travers l'exemple d'un homme concret - précisément saint Benoît - l'ascension au sommet de la contemplation, qui peut être réalisée par celui qui s'abandonne à Dieu. Il nous donne donc un modèle  de  la  vie  humaine  comme ascension vers le sommet de la perfection. Saint Grégoire le Grand raconte également dans ce livre des Dialogues de nombreux miracles accomplis par le saint, et ici aussi il ne veut pas raconter simplement quelque chose d'étrange, mais démontrer comment Dieu, en admonestant, en aidant et aussi en punissant, intervient dans les situations concrètes de la vie de l'homme. Il veut démontrer que Dieu n'est pas une hypothèse lointaine placée à l'origine du monde, mais qu'il est présent dans la vie de l'homme, de tout homme.

Cette perspective du "biographe" s'explique également à la lumière du contexte général de son époque:  entre le V et le VI siècle, le monde était bouleversé par une terrible crise des valeurs et des institutions, causée par la chute de l'Empire romain, par l'invasion des nouveaux peuples et par la décadence des mœurs. En présentant saint Benoît comme un "astre lumineux", Grégoire voulait indiquer dans cette situation terrible, précisément ici dans cette ville de Rome, l'issue de la "nuit obscure de l'histoire" (Jean-Paul II, Insegnamenti, II/1, 1979, p. 1158). De fait, l'œuvre du saint et, en particulier, sa Règle se révélèrent détentrices d'un authentique ferment spirituel qui transforma le visage de l'Europe au cours des siècles, bien au-delà des frontières de sa patrie et de son temps, suscitant après la chute de l'unité politique créée par l'empire romain une nouvelle unité spirituelle et culturelle, celle de la foi chrétienne partagée par les peuples du continent. C'est précisément ainsi qu'est née la réalité que nous appelons "Europe".

La naissance de saint Benoît se situe autour de l'an 480. Il provenait, comme le dit saint Grégoire, "ex provincia Nursiae" - de la région de la Nursie. Ses parents, qui étaient aisés, l'envoyèrent suivre des études à Rome pour sa formation. Il ne s'arrêta cependant pas longtemps dans la Ville éternelle. Comme explication, pleinement crédible, Grégoire mentionne le fait que le jeune Benoît était écoeuré par le style de vie d'un grand nombre de ses compagnons d'étude, qui vivaient de manière dissolue, et qu'il ne voulait pas tomber dans les mêmes erreurs. Il voulait ne plaire qu'à Dieu seul; "soli Deo placere desiderans"  (II  Dial.  Prol. 1). Ainsi, avant même la conclusion de ses études, Benoît quitta Rome et se retira dans la solitude des montagnes à l'est de Rome. Après un premier séjour dans le village d'Effide (aujourd'hui Affile), où il s'associa pendant un certain temps à une "communauté religieuse" de moines, il devint ermite dans la proche Subiaco. Il vécut là pendant trois ans complètement seul dans une grotte qui, depuis le Haut Moyen-âge, constitue le "coeur" d'un monastère bénédictin appelé "Sacro Speco". La période à Subiaco, une période de solitude avec Dieu, fut un temps de maturation pour Benoît. Il dut supporter et surmonter en ce lieu les trois tentations fondamentales de chaque être humain:  la tentation de l'affirmation personnelle et du désir de se placer lui-même au centre, la tentation de la sensualité et, enfin, la tentation de la colère et de la vengeance. Benoît était en effet convaincu que ce n'était qu'après avoir vaincu ces tentations qu'il aurait pu adresser aux autres une parole pouvant être utile à leur situation de besoin. Et ainsi, son âme désormais pacifiée était en mesure de contrôler pleinement les pulsions du "moi" pour être un créateur de paix autour de lui. Ce n'est qu'alors qu'il décida de fonder ses premiers monastères dans la vallée de l'Anio, près de Subiaco.

En l'an 529, Benoît quitta Subiaco pour s'installer à Montecassino. Certains ont expliqué ce déplacement comme une fuite face aux intrigues d'un ecclésiastique local envieux. Mais cette tentative d'explication s'est révélée peu convaincante, car la mort soudaine de ce dernier n'incita pas Benoît à revenir (II Dial. 8). En réalité, cette décision s'imposa à lui car il était entré dans une nouvelle phase de sa maturation intérieure et de son expérience monastique. Selon Grégoire le Grand, l'exode de la lointaine vallée de l'Anio vers le Mont Cassio - une hauteur qui, dominant la vaste plaine environnante, est visible de loin - revêt un caractère symbolique:  la vie monastique cachée a sa raison d'être, mais un monastère possède également une finalité publique dans la vie de l'Eglise et de la société, il doit donner de la visibilité à la foi comme force de vie. De fait, lorsque Benoît conclut sa vie terrestre le 21 mars 547, il laissa avec sa Règle et avec la famille bénédictine qu'il avait fondée un patrimoine qui a porté des fruits dans le monde entier jusqu'à aujourd'hui.

Dans tout le deuxième livre des Dialogues, Grégoire nous montre la façon dont la vie de saint Benoît était plongée dans une atmosphère de prière, fondement central de son existence. Sans prière l'expérience de Dieu n'existe pas. Mais la spiritualité de Benoît n'était pas une intériorité en dehors de la réalité. Dans la tourmente et la confusion de son temps, il vivait sous le regard de Dieu et ne perdit ainsi jamais de vue les devoirs de la vie quotidienne et l'homme avec ses besoins concrets. En voyant Dieu, il comprit la réalité de l'homme et sa mission. Dans sa Règle, il qualifie la vie monastique d'"école du service du Seigneur" (Prol. 45) et il demande à ses moines de "ne rien placer avant l'Œuvre de Dieu [c'est-à-dire l'Office divin ou la Liturgie des Heures]" (43, 3). Il souligne cependant que la prière est en premier lieu un acte d'écoute (Prol. 9-11), qui doit ensuite se traduire par l'action concrète. "Le Seigneur attend que nous répondions chaque jour par les faits à ses saints enseignements", affirme-t-il (Prol. 35). Ainsi, la vie du moine devient une symbiose féconde entre action et contemplation "afin que Dieu soit glorifié en tout" (57, 9). En opposition avec une réalisation personnelle facile et égocentrique, aujourd'hui souvent exaltée, l'engagement premier et incontournable du disciple de saint Benoît est la recherche sincère de Dieu (58, 7) sur la voie tracée par le Christ humble et obéissant (5, 13), ne devant rien placer avant l'amour pour celui-ci (4, 21; 72, 11) et c'est précisément ainsi, au service de l'autre, qu'il devient un homme du service et de la paix. Dans l'exercice de l'obéissance mise en acte avec une foi animée par l'amour (5, 2), le moine conquiert l'humilité (5, 1), à laquelle la Règle consacre un chapitre entier (7). De cette manière, l'homme devient toujours plus conforme au Christ et atteint la véritable réalisation personnelle comme créature à l'image et à la ressemblance de Dieu.

A l'obéissance du disciple doit correspondre la sagesse de l'Abbé, qui dans le monastère remplit "les fonctions du Christ" (2, 2; 63, 13). Sa figure, définie en particulier dans le deuxième chapitre  de  la Règle, avec ses qualités de beauté spirituelle et d'engagement exigeant, peut-être considérée comme un autoportrait de Benoît, car - comme l'écrit Grégoire le Grand - "le saint ne put en aucune manière enseigner différemment de la façon dont il vécut" (Dial. II, 36). L'Abbé doit être à la fois un père tendre et également un maître sévère (2, 24), un véritable éducateur. Inflexible contre les vices, il est cependant appelé à imiter en particulier la tendresse du Bon Pasteur (27, 8), à "aider plutôt qu'à dominer" (64, 8), à "accentuer davantage à travers les faits qu'à travers les paroles tout ce qui est bon et saint" et à "illustrer les commandements divins par son exemple" (2, 12). Pour être en mesure de décider de manière responsable, l'Abbé doit aussi être un personne qui écoute "le conseil de ses frères" (3, 2), car "souvent Dieu révèle au plus jeune la solution la meilleure" (3, 3). Cette disposition rend étonnamment moderne une Règle écrite il y a presque quinze siècles! Un homme de responsabilité publique, même à une petite échelle, doit toujours être également un homme qui sait écouter et qui sait apprendre de ce qu'il écoute.

 

Benoît qualifie la Règle de "Règle minimale tracée uniquement pour le début" (73, 8); en réalité, celle-ci offre cependant des indications utiles non seulement aux moines, mais également à tous ceux qui cherchent un guide sur leur chemin vers Dieu. En raison de sa mesure, de son humanité et de son sobre discernement entre ce qui est essentiel et secondaire dans la vie spirituelle, elle a pu conserver sa force illuminatrice jusqu'à aujourd'hui. Paul VI, en proclamant saint Benoît Patron de l'Europe le 24 octobre 1964, voulut reconnaître l'œuvre merveilleuse accomplie par le saint à travers la Règle pour la formation de la civilisation et de la culture européenne. Aujourd'hui, l'Europe - à peine sortie d'un siècle profondément blessé par deux guerres mondiales et après l'effondrement des grandes idéologies qui se sont révélées de tragiques utopies - est à la recherche de sa propre identité. Pour créer une unité nouvelle et durable, les instruments politiques, économiques et juridiques sont assurément importants, mais il faut également susciter un renouveau éthique et spirituel qui puise aux racines chrétiennes du continent, autrement on ne peut pas reconstruire l'Europe. Sans cette sève vitale, l'homme reste exposé au danger de succomber à l'antique tentation de vouloir se racheter tout seul - une utopie qui, de différentes manières, a causé dans l'Europe du XX siècle, comme l'a remarqué le Pape Jean-Paul II, "un recul sans précédent dans l'histoire tourmentée de l'humanité" (Insegnamenti, XIII/1, 1990, p. 58). En recherchant le vrai progrès, nous écoutons encore aujourd'hui la Règle de saint Benoît comme une lumière pour notre chemin. Le grand moine demeure un véritable maître à l'école de qui nous pouvons apprendre l'art de vivre le véritable humanisme.

Voir les commentaires

Bonne fête de saint Joseph!

18 Mars 2014, 16:21pm

Publié par Le sacristain

Découvrez ici link une grande figure de la dévotion à saint Joseph: Saint frère André de l'oratoire du mont royal.

Voir les commentaires

Bonne fête de saint Patrick!

17 Mars 2014, 16:02pm

Publié par Le sacristain

Focus sur nos missions d'Irlande:

cliquez ici!!!:  link

Voir les commentaires

carillon N°83

16 Mars 2014, 07:41am

Publié par Le sacristain

 

Editorial, le mot du chapelain,

 

Je laisse la parole à notre cher saint François de Sales, qui nous explique que la Transfiguration est un prélude de la félicité éternelle :

      

« (…) Pendant qu'ils regardaient le Sauveur qui priait (Lc IX, 29) et était en oraison, il se transfigura devant eux, laissant répandre sur son corps une petite partie de la gloire dont il jouissait continuellement dès l'instant de sa glorieuse conception dans les entrailles de Notre Dame; gloire qu'il retenait, par un continuel miracle, resserrée et couverte dans la suprême partie de son âme.

 

Les Apôtres virent donc alors sa face plus reluisante et éclatante que le soleil, voire cette clarté et cette gloire s'épancha jusque sur ses vêtements pour nous montrer qu'il n'en était pas si chiche qu'il n'en fit part à ses habits mêmes et à ce qui était autour de lui. Il nous fit voir un petit échantillon du bonheur éternel et une goutte de cet océan et de cette mer d'incomparable félicité pour nous faire désirer la pièce tout entière ; si que le bon saint Pierre, qui parlait pour tous comme devant être le chef des autres : "O qu'il est bon d'être ici", s'écria-t-il tout ému de joie et de consolation. J'ai bien vu, voulait-il dire, beaucoup de choses, mais il n'y a rien de si désirable que d'être en ce lieu. Les trois disciples virent encore Moïse et Elie qu'ils n'avaient jamais vus et qu'ils reconnurent cependant très bien ; l'un ayant repris son corps ou bien un autre formé de l'air, et l'autre étant en son même corps auquel il fut élevé dans le char triomphal (IV R. II, 11).

 

Je remarque premièrement qu'en la félicité éternelle nous nous connaîtrons tous les uns les autres, puisque en ce petit échantillon que le Sauveur en donna à ses Apôtres il voulut qu'ils reconnussent Moïse et Elie qu'ils n'avaient jamais vus. Si cela est ainsi, o mon Dieu, quel contentement recevrons-nous en voyant ceux que nous avons si chèrement aimés en cette vie ! Oui même nous connaîtrons les nouveaux chrétiens qui se convertissent maintenant à notre sainte foi aux Indes, au Japon et aux antipodes. Les amitiés qui auront été bonnes dès cette vie se continueront éternellement en l'autre. Nous aimerons des personnes particulièrement, mais ces amitiés n'engendreront point de partialités, car toutes nos affections prendront leur force de la charité de Dieu qui, les conduisant toutes, fera que nous aimerons un chacun des Bienheureux de cet amour éternel dont nous aurons été aimés de la divine Majesté. O Dieu, quelle consolation recevrons-nous en cette conversation céleste que nous aurons les uns avec les autres ! (…) »

 

 

      Saint François de Sales, Sermon pour le 2ème dimanche de Carême (20 février 1622)

Deuxième Dimanche de Carême

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens 4,1-7. 
Mes frères, nous vous prions et nous vous conjurons dans le Seigneur Jésus : nous vous avons appris comment il faut se conduire pour plaire à Dieu ; marchez donc de la sorte, de progrès en progrès. 
Vous connaissez en effet les préceptes que nous vous avons donnés de la part du Seigneur Jésus.
 
Car ce que Dieu veut, c'est votre sanctification : c'est que vous évitiez l'impudicité,
 
et que chacun de vous sache garder son corps dans la sainteté et l'honnêteté,
 
sans l'abandonner aux emportements de la passion, comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu ;
 
c'est que personne en cette matière n'use de violence ou de fraude à l'égard de son frère, parce que le Seigneur fait justice de tous ces désordres, comme nous vous l'avons déjà dit et attesté.
 
Car Dieu ne nous a pas appelés à l'impureté, mais à la sainteté.
 


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
 17,1-9. 
En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les conduisit à l'écart, sur une haute montagne. 
Et il se transfigura devant eux : son visage resplendit comme le soleil, et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière.
 
Et voilà que Moïse et Elie leur apparurent, conversant avec lui.
 
Prenant la parole, Pierre dit à Jésus : " Seigneur, il nous est bon d'être ici ; si vous le voulez, je ferai ici trois tentes, une pour vous, une pour Moïse et une pour Elie. "
 
Il parlait encore, lorsqu'une nuée lumineuse les couvrit, et voilà que du sein de la nuée une voix dit : " Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis mes complaisances : écoutez-le. "
 
En entendant, les disciples tombèrent la face contre terre et furent saisis d'une grande frayeur.
 
Et Jésus, s'approchant, les toucha et dit : " Levez-vous, ne craignez point. "
 
Levant les yeux, ils ne virent plus que Jésus seul.
 
Comme ils descendaient de la montagne, Jésus leur fit ce commandement : " Ne parlez à personne de cette vision, jusqu'à ce que le Fils de l'homme soit ressuscité des morts. "
 

Contacter votre chapelain :

 Chanoine Gwenaël Cristofoli, presbytère 20 rue saint Louis, 35000 Rennes.

 

02-99-31-74-92*06-98-31-31-23 chn.cristofoli@gmail.com

Prière à saint Benoit pour la belle fête de Vendredi !
O bon Père Benoît, chef et Patriarche des moines, espérance et consolation de tous ceux qui recourent à vous de tout leur cœur, je me recommande humblement à votre très sainte protection. Daignez, en raison de l'excellence de vos mérites, me défendre contre tous les ennemis de mon âme et m'accorder dans l'abondance de votre tendresse, la grâce de la componction et le don des larmes, afin que je puisse pleurer comme il convient et abondamment tant de fautes et d'offenses dont je me suis souvent rendu coupable depuis ma jeunesse contre l'aimable et désirable Seigneur Jésus-Christ, et afin que je mérite de vous louer et de vous honorer dignement.

 O olivier, ô vigne d'une extraordinaire fécondité dans la maison de Dieu. O vase d'or massif, orné de toutes sortes de pierres précieuses, choisi par Dieu et très agréable à son cœur, enrichi d'innombrables dons de la grâce comme d'autant de diamants étincelants. Je vous prie, je vous supplie, je vous conjure de toute l'ardeur de mon cœur et par tous les désirs de mon âme, Père très bienveillant et doux Maître, de daigner vous souvenir devant Dieu du pauvre pécheur que je suis, pour que, dans sa bonté&, il me pardonne tous mes péchés, me maintienne dans le bien et ne permette pas que quelque malheur m'éloigne jamais de lui. Puisse-t-il, au contraire, m'admettre après vous, ô Père, dans la société des Bienheureux et m'accorder la joie de le contempler; là je goûterai le bonheur éternel avec vous et avec l'immense armée de moines placée sous votre étendard. Daigne m'accorder cette grâce notre Dieu et Seigneur Jésus-Christ, qui, avec le Père et le Saint-Esprit, vit et règne dans les siècles des siècles.

Amen.

 

 Prions

 

 Nous vous demandons, Dieu tout-puissant, en vertu des mérites et des exemples de notre Bienheureux Père saint Benoît, de ses disciples Placide et Maur, de la Vierge sa soeur scholastique et de tous les saints moines qui ont combattu pour vous dans les rangs de son armée et sous sa conduite, de renouveler en nous votre Esprit-Saint, afin que, sous son inspiration, nous luttions avec vigueur contre la chair, contre le monde et contre le démon. Et puisque la palme de la victoire ne s'obtient que par les fatigues du combat, donnez-nous la patience dans l'adversité, la constance dans les tentations et la prudence dans le danger. Donnez-nous l'éclat de la chasteté, le désir de la pauvreté, le mérite de l'obéissance et la fidélité résolue dans l'observance. Puissions-nous, forts de votre secours et unis par les liens de la charité fraternelle, nous acquitter de notre service avec une commune ardeur et traverser cette vie présente de manière à mériter d'entrer un jour, victorieux et couronnés, dans l'éternelle Patrie pour y être réunis aux phalanges des saints moines. Par le Christ Notre Seigneur.

 

 Amen.

 

 Agenda de saint François :

 

Dimanche16 mars Grand’messe 10h30, messe lue 18h30.

 

Lundi 17 mars:Lundi de la première semaine de Carême

18h adoration et sacrement de pénitence, 18h45 salut du saint Sacrement,

19h sainte messe

 

Mardi 18 mars : Lundi de la 2ème  semaine de Carême

7h sainte messe.

 

Mercredi 19 mars : Saint Joseph, Epoux de la Ste Vierge et Patron de l'Eglise universelle

7h sainte messe suivie du petit déjeuner offert à tous.

14h30 et18h instruction chrétienne.

 

Jeudi 20 mars : Jeudi de la 2ème semaine de Carême

18h adoration et sacrement de pénitence, 18h45 salut du saint Sacrement,

19h sainte messe

20h15 cercle littéraire : thème « la table chrétienne » rendez vous 20 rue saint Louis, les premières vêpres de saint Benoit nous donnerions droit à une bonne collation !

 

Vendredi 21 mars : Saint Benoit patron de l’ICRSP, indulgence plénière aux conditions habituelles

18h adoration et sacrement de pénitence, 18h45 salut du saint Sacrement,

 19h sainte messe

20h30 réunion Domus Christiani

 

Samedi 22 mars : samedi de la deuxième semaine de carême

10h sacrement de pénitence, 11h sainte messe.

 

 

Dimanche 23 mars Grand’messe 10h30, messe lue 18h30

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires