Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Site de la Chapelle Saint François de Rennes

Merci Monseigneur!...

23 Novembre 2013, 03:29am

Publié par Le sacristain

pour ce bel entretien accordé au journal "l'Homme nouveau":

http://www.hommenouveau.fr/804/societe/crise-sociale---mgr-centene-s-explique.htm.

 

 

Voir les commentaires

Sine fine dicentes... Sanctus!

21 Novembre 2013, 23:00pm

Publié par Le sacristain

GRAMATICA_Antiveduto_St_Cecila_with_Two_Angels.jpg

 

Fête de la sainte Cécile: Bonne fête à nos chers organistes et notre chorale!

18h adoration et sacrement de pénitence.

18h45 bénédiction du saint Sacrement.

19h sainte Messe.

 

D'après le blog per ipsum:

Sainte Cécile
Vierge et martyre
(† 230)

 

C

écile, l'une des fleurs les plus suaves de la virginité chrétienne et du martyre, vécut sous l'empereur Alexandre Sévère. Elle était la fille d'un illustre patricien et seule chrétienne de sa famille. Bien qu'elle eût consacré sa virginité à Jésus-Christ, elle dut se résigner à sortir de la maison paternelle, où elle vivait dans la prière, la lecture des livres saints et le chant des cantiques, pour épouser le jeune Valérien, noble et bon, mais païen.

 

Le soir des noces, quand les époux se trouvèrent seuls, Cécile s'adressa doucement à Valérien : « Ami très cher, lui dit-elle, j'ai un secret à te confier : mais peux-tu me promettre de le garder ? » Ayant reçu le serment du jeune homme, elle reprit :
« Écoute. Un ange de Dieu veille sur moi, car j'appartiens à Dieu. S'il voit que tu m'aimes d'un mauvais amour, il me défendra, et tu mourras ; mais si tu respectes ma virginité, alors il t'aimera comme il m'aime, et sa grâce s'étendra aussi sur toi. » Troublé, Valérien répondit : « Cécile, pour que je puisse croire à ta parole, fais-moi voir cet ange.
- Si tu crois au vrai Dieu et si tu reçois le baptême des chrétiens, tu pourras voir l'ange qui veille sur moi. »

 

Valérien accepta la condition, se rendit près de l'évêque Urbain, à trois milles de Rome, fut instruit, reçut le baptême et revint près de Cécile. Près d'elle, il aperçut un ange au visage lumineux, aux ailes éclatantes, qui tenait dans ses mains deux couronnes de roses et de lis, et qui posa l'une de ces couronnes sur la tête de Cécile, l'autre sur la tête de Valérien, et leur dit : « Je vous apporte ces fleurs des jardins du Ciel. » Valérien avait un frère nommé Tiburce ; au récit de ces merveilles, il abjura les idoles et se fit chrétien.

 

Les deux frères furent bientôt dénoncés ; ils demeurèrent invincibles dans la confession et leur foi et eurent la tête tranchée. Quant à Cécile, elle comparut elle-même devant le tribunal du préfet de Rome : « Quel est ton nom et quelle est ta condition ? lui dit-il.
- Devant les hommes, je m'appelle Cécile ; mais ‘chrétienne’ est mon plus beau nom.

- Sacrifie aux dieux !

- Tes dieux ne sont que des pierres, de l'airain ou du plomb. »

 

Le préfet la fit reconduire chez elle et ordonna de la laisser mourir dans la salle de bains embrasée de vapeurs ; Dieu renouvela pour elle le miracle des Hébreux dans la fournaise. Le bourreau vint pour lui trancher la tête ; mais il le fit si maladroitement, qu'elle ne mourut que trois jours après. Sainte Cécile est la patronne des musiciens.

Voir les commentaires

Une belle fête de Notre Dame, une fête pour les âmes consacrées.

20 Novembre 2013, 23:00pm

Publié par Le sacristain

presentation.jpgLa présentation de la Bienheureuse Vierge Marie

adoration 18h, confessions. 18h45: bénédiction du saint Sacrement.

19h sainte Messe.

D’après une ancienne tradition, Marie, à l’âge de trois ans, fut portée au Temple de Jérusalem pour y prier et servir Dieu. Elle se préparait ainsi à sa grande vocation.

« La Présentation de Notre-Dame ouvre à l’Église d’autres horizons. Au Cycle des Saints, dépourvu des frontières précises qui délimitent celui du Temps, le mystère du séjour de Marie dans le sanctuaire de l’ancienne alliance prélude, mieux que n’aurait pu faire aucun autre, à la saison si prochaine de l’Avent liturgique. Marie, conduite au temple pour s’y préparer dans la retraite, l’humilité, l’amour, à ses incomparables destinées, eut aussi pour mission d’y parfaire, au pied des autels figuratifs, la prière de l’humanité trop impuissante à faire pleuvoir des cieux le Sauveur. Elle fut, dit saint Bernardin de Sienne, le bienheureux couronnement de toute attente et demande de l’avènement du Fils de Dieu ; en elle, comme en un sommet, tous les désirs des saints qui l’avaient précédée eurent leur consommation et leur terme.

Par son admirable intelligence des Écritures, par sa conformité de chaque jour, de toute heure, aux moindres enseignements et prescriptions du rituel mosaïque, Marie découvrait, adorait partout le Messie sous la lettre ; elle s’unissait à lui, s’immolait avec lui dans chacune des victimes immolées sous ses yeux ; et ainsi rendait-elle au Dieu du Sinaï l’hommage, vainement attendu jusque-là, de la Loi comprise, pratiquée, fécondée selon la plénitude qu’elle comportait pour le Législateur. Alors le Seigneur put dire en toute vérité : Comme la pluie descend du ciel et n’y retourne point, mais enivre la terre et lui fait produire ses fruits ; ainsi sera ma parole : elle ne me reviendra pas inféconde, mais aura heureusement tous les effets que j’ai voulus. » (Dom Guéranger, l’année liturgique)

Voir les commentaires

Messe de 7h mercredi!

18 Novembre 2013, 23:00pm

Publié par Le sacristain

San_Felice_di_Valois_N.jpg

 

SAINT FÉLIX de VALOIS Messe à 7h suivie du petit déjeuner!
Confesseur
(1127-1212)

Saint Félix de Valois était petit-fils du roi de France Henri Ier. Sa mère, avant sa naissance, vit en songe un bel enfant armé d'une Croix et entendit une voix lui dire : « Cet enfant est le fils que vous allez mettre au monde, il aura la gloire de changer le lis de France pour la Croix de Jésus-Christ. »

Pendant une famine, la nourrice du petit Félix eut l'inspiration de faire tracer à l'enfant, avec sa main, le signe de la Croix sur le pain que l'on distribuait aux pauvres, et ce pain se multiplia tellement, qu'on put en distribuer pendant plusieurs jours à tous les malheureux qui se présentaient. La nourrice lui fit aussitôt bénir les champs d'alentour, et les nuées du ciel, obéissant à la main de Félix, versèrent une pluie féconde qui ramena l'abondance. Le jeune prince croissait en sagesse et en grâce devant Dieu et devant les hommes, et ne montrant aucun des défauts de l'enfance. Il aimait tant à faire la charité aux pauvres, qu'un de ses oncles l'appelait son grand aumônier.

Après ses études, qu'il fit à Clairvaux, sous la direction de saint Bernard, Félix dut aller à la cour du roi de France, prit part à la Croisade prêchée par le saint moine de Clairvaux, son maître ; puis, revenu à la cour, il la quitta bientôt pour se réfugier au désert. Dans la solitude, il sentit son esprit s'illuminer de clartés nouvelles et son âme redoubler de vaillance dans la pratique des vertus évangéliques. Le démon lui déclara une guerre acharnée ; mais le Saint triompha de lui par la prière et les plus effrayantes mortifications.

Félix, ayant désormais pour palais une misérable grotte, pour vêtement un cilice, pour mets des herbes amères, renouvela dans sa retraite les merveilles des Antoine et des Hilarion. Par la permission de Dieu, tous les dimanches, un corbeau lui apportait un pain du Ciel. Il habitait le désert depuis bientôt quarante ans, quand saint Jean de Matha, de la part de Dieu, vint le trouver dans sa solitude, pour s'édifier par ses exemples. C'est alors que les deux Saints eurent la vision d'un cerf blanc, portant au front une croix bleue et rouge, et qui venait se désaltérer à la fontaine voisine. Dieu leur révéla l'explication de ce prodige ; ils se disposèrent aussitôt à partir pour Rome, afin d'obtenir la fondation d'un institut dont les religieux, vêtus de blanc, porteraient sur la poitrine une Croix bleue et rouge, et travailleraient au rachat des captifs, que les Turcs d'Afrique retenaient par milliers dans les fers. Le Pape Innocent III approuva le projet, l'Ordre fut fondé et produisit un bien immense.

Voir les commentaires

romanitas!

17 Novembre 2013, 23:00pm

Publié par Le sacristain

 Extrait du bréviaire romain pour la fête de la dédicace des basiliques saint Pierre et Paul.

Messe 9h15 saint François.

Parmi les sanctuaires vénérés autrefois des Chrétiens, les plus célèbres et les plus fréquentés étaient ceux dans lesquels des corps de Saints avaient été ensevelis, ou bien dans lesquels se trouvait quelque vestige ou quelque souvenir des Martyrs. Au nombre de ces lieux saints et au premier rang, l’on distingua toujours cette partie du Vatican appelée Confession de saint Pierre. Les Chrétiens, en effet, y accouraient de tous les points de l’univers, comme à la pierre ferme de la foi et au fondement de l’Église, et vénéraient avec une religion et une piété souveraines, l’emplacement consacré par le sépulcre du prince des Apôtres.

L’empereur Constantin le Grand vint là huit jours après avoir reçu le baptême ; il déposa le diadème, et, prosterné à terre, versa des larmes abondantes. Après quelques instants, ayant pris une houe et un hoyau, il se mit à creuser le sol. Il en tira douze corbeilles de terre, en l’honneur des douze Apôtres, désigna l’emplacement destiné à la basilique du prince des Apôtres et y fit commencer la construction d’une église. Le Pape saint Sylvestre la dédia le quatorze des calendes de décembre, en y observant les mêmes rites que pour la consécration de l’église de Latran, qui avait eu lieu le cinq des ides de novembre. Il y érigea un autel de pierre, qu’il oignit du saint chrême, et ordonna que dès lors on ne construirait plus que des autels en pierre. Saint Sylvestre dédia encore la basilique de l’Apôtre saint Paul, élevée à grands frais sur la route d’Ostie, par le même empereur Constantin. Cet empereur donna de grandes richesses à ces basiliques et les orna de splendides présents.

 La basilique vaticane menaçant ruine par l’effet du temps, elle a été, grâce à la dévotion de beaucoup de Pontifes, totalement reconstruite sur un plan plus vaste et plus magnifique. Urbain VIII l’a solennellement consacrée l’an mil six cent vingt-six, en la date même où elle l’avait été lors de sa première érection. Quant à la basilique de la voie d’Ostie, un terrible incendie la consuma presque entièrement, en mil huit cent vingt-trois. Par les soins infatigables de quatre Papes, elle a été plus splendidement réédifiée, et comme vengée de son désastre. Pour la consacrer, une occasion très favorable s’offrit à Pie IX : la proclamation récente du dogme de l’Immaculée Conception de la bienheureuse Vierge Marie avait attiré à Rome, des régions les plus éloignées de l’univers catholique, un grand nombre de Cardinaux et d’Évêques. Il la dédia donc solennellement, entouré de cette magnifique couronne de membres du Sacré Collège et de Pontifes, le dix décembre mil huit cent cinquante-quatre, et fixa à ce jour la mémoire de cette solennelle Dédicace.

Voir les commentaires

carillon N°66!

16 Novembre 2013, 20:17pm

Publié par Le sacristain

Le carillon de saint François.

Lettre d’information de la chapellenie Saint François de Sales de Rennes

  XXVIème dimanche après la Pentecôte,   (VIème après l’épiphanie)

Dixième ANNÉE - N° 66 novembre  2013

 

 

Editorial, le mot du chapelain,

 

Chers amis, la parole de notre Bienheureux père saint François de Sales pour méditer sur les fins dernières au terme de notre année liturgique :

« Considérez l’incertitude du jour de votre mort. Ô mon âme, vous sortirez un jour de ce corps. Quand sera-ce ? sera-ce en hiver ou en été ? en la ville ou au village ? de jour ou de nuit ? sera-ce à l’imprévu ou avec avertissement? sera-ce de maladie ou d’accident ? aurez-vous le loisir de vous confesser, ou non ? serez-vous assistée de votre confesseur et père spirituel ? Hélas ! de tout cela nous n’en savons rien du tout ; seulement cela est assuré que nous mourrons, et toujours plus tôt que nous ne pensons. (…)

Considérez qu’alors le monde finira pour ce qui vous regarde, il n’y en aura plus pour vous ; il renversera sens dessus dessous devant vos yeux. Oui, car alors les plaisirs, les vanités, les joies mondaines, les affections vaines nous apparaîtront comme des fantômes et des nuages. Ah ! chétive, pour quelles bagatelles et quelles chimères ai-je offensé mon Dieu ? Vous verrez que nous avons quitté Dieu pour le néant. Au contraire, la dévotion et les bonnes œuvres vous paraîtront alors si désirables et si douces : et pourquoi n’ai-je pas suivi ce beau et gracieux chemin ? Alors les péchés qui semblaient bien petits paraîtront gros comme des montagnes, et votre dévotion, bien petite. »

(s. François de Sales, Introduction à la vie dévote, I, xiii (méditation 5) : Pléiade, p. 55-56) 

Avançons vers Dieu avec confiance, il nous appelle à la sainteté, comprenons bien le prix de chaque jour! Nous pouvons nous convertir, nous tourner vers celui qui Est tout ! Union de prière, que Dieu vous bénisse, chanoine Cristofoli

 

 

Traduction des textes sacrés du XXVIème dimanche après la pentecôte.

 Vingt-sixième Dimanche après la Pentecôte (6ème ap. l'épiph.)

Première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens 1,2-10.
Frères, nous rendons grâce à Dieu continuellement pour vous tous, en faisant mémoire de vous dans nos prières :
en rappelant sans cesse devant notre Dieu et Père, les œuvres de votre foi, les sacrifices de votre charité et la constance de votre espérance en Jésus-Christ,
sachant, frères bien-aimés de Dieu, comment vous avez été élus ;
car notre prédication de l'Evangile ne vous a pas été faite en parole seulement, mais elle a été accompagnée de miracles, de l'effusion de l'Esprit-Saint et d'une pleine persuasion ; vous savez aussi quels nous avons été parmi vous pour votre salut.
Et vous êtes devenus nos imitateurs et ceux du Seigneur, en recevant la parole au milieu de beaucoup de tribulations avec la joie de l'Esprit-Saint,
au point de devenir un modèle pour tous ceux qui croient dans la Macédoine et dans l'Achaïe.
En effet, de chez vous, la parole du Seigneur a retenti non seulement dans la Macédoine et dans l'Achaïe, mais partout votre foi en Dieu s'est fait si bien connaître que nous n'avons pas besoin d'en rien dire.
Car tous en parlant de nous racontent quel accès nous avons eu auprès de vous, et comment vous vous êtes convertis des idoles au Dieu vivant et vrai, pour le servir,
et pour attendre des cieux son Fils, qu'il a ressuscité des morts, Jésus, qui nous sauve de la colère à venir.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 13,31-35.
E
n ce temps-là, Jésus dit aux foules cette parabole : " Le Royaume des Cieux est comparable au grain de sénevé qu'un homme prend et sème dans son champ.
C'est la plus petite de toutes les semences ; mais, lorsqu'il a poussé, il est plus grand que les plantes potagères et devient un arbre, de sorte que les oiseaux du ciel viennent nicher dans ses branches. "
Il leur dit une autre parabole : " Le royaume des cieux est semblable au levain qu'une femme prit et mélangea dans trois mesures de farine, jusqu'à ce que le tout eût fermenté. "
Jésus dit aux foules toutes ces choses en paraboles, et il ne leur disait rien sans parabole,
pour que s'accomplît la parole dite par le prophète : J'ouvrirai ma bouche en paraboles, je proférerai des choses cachées depuis la création du monde.

Une belle prière, pénétrée de confiance et d’abandon.

 

Je connais ta misère, les combats et les tribulations de ton âme; la faiblesse et les infirmités de ton corps; je sais ta lâcheté, tes péchés, tes défaillances;

je te dis quand même : "Donne-Moi ton coeur, AIME-MOI TEL QUE TU ES".

Si tu attends d'être un ange pour te livrer à l'amour, tu ne M'aimeras jamais.

Même si tu retombes souvent dans ces fautes que tu voudrais ne jamais commettre, même si tu es lâche dans la pratique de la vertu, je ne te permets pas de ne pas M'aimer.

 

AIME-MOI COMME TU ES. A chaque instant et dans quelque position que tu te trouves, dans la ferveur ou dans la sécheresse, dans la fidélité ou dans l'infidélité.

AIME-MOI, TEL QUE TU ES. Je veux l'amour de ton coeur indigent; si, pour m'aimer, tu attends d'être parfait, tu ne m'aimeras jamais.


Ne pourrais-je pas faire de chaque grain de sable un séraphin tout radieux de pureté, de noblesse et d'amour ? Ne pourrais-je pas, d'un seul signe de ma volonté, faire surgir du néant des milliers de saints, mille fois plus parfaits et plus aimants que ceux que j'ai créés ?

Ne suis-je pas le TOUT-PUISSANT?

Et s'il me plaît de laisser pour jamais dans le néant ces êtres merveilleux et de leur préférer ton pauvre amour!

 

Mon enfant, laisse-moi t'aimer, je veux ton coeur.

 

Je compte bien te former, mais en attentant, je t’aime comme tu es.

Et je souhaite que tu fasses de même; je désire voir, du fond de ta misère, monter l’amour. J'aime en toi jusqu'à ta faiblesse. J'aime l'amour des pauvres; je veux que, de l'indigence, s'élève continûment ce cri : Seigneur, je vous aime.

C'est le chant de ton coeur qui m'importe. Qu'ai-je besoin de ta science et de tes talents ?

Ce ne sont pas des vertus que je te demande, et si je t’en donnais, tu es si faible que bientôt l'amour-propre s'y mêlerait; ne t'inquiète pas de cela.

J'aurais pu te destiner à de grandes choses; non, tu seras le serviteur inutile, je te prendrai même le peu que tu as, car je t'ai crée pour l'amour.

Aime! L'amour te fera faire tout le reste sans que tu y penses; ne cherche qu'à remplir le moment présent de ton amour.

 

Aujourd'hui je me tiens à la porte de ton coeur comme un mendiant, moi, le Seigneur des seigneurs. Je frappe et j'attends, hâte-toi de m'ouvrir, n'allègue pas ta misère.

Ton indigence, si tu la connaissais pleinement, tu mourrais de douleur. Cela seul qui pourrait me blesser le coeur, ce serait de te voir douter et manquer de confiance.

Je veux que tu penses à moi à chaque heure du jour et de la nuit. Je ne veux pas que tu poses l’action la plus insignifiante pour un motif autre que l'amour.

Quand il te faudra souffrir, je te donnerai la force; tu m'as donné l'amour, je te donnerai d'aimer au-delà de ce que tu as pu rêver.

Mais souviens-toi: "AIME-MOI, TEL QUE TU ES". N'attends pas d'être un saint pour te livrer à l’Amour, sinon tu n’aimeras jamais.

 


Agenda de saint François :

 

 

 

Cette semaine

 

Dimanche 17 novembre : Grand’messe 10h30, messe lue 18h30

 

 

 

Lundi 18: 9h15  sainte messe :

 

 Dédicace des Basiliques St Pierre et St Paul.

 

 

 

Mercredi 20 : 7h sainte messe suivie du traditionnel petit déjeuner.

 

doctrine chrétienne  *examens*

 

St Félix de Valois, confesseur.

 

 

 

Jeudi 21 : 18h adoration et sacrement de pénitence, 18h45 salut du saint Sacrement, 19h sainte messe :

 

Présentation de la T.S. Vierge Marie.

 

 

 

Vendredi 22 : 18h adoration et sacrement de pénitence, 18h45 salut du saint Sacrement, 19h sainte messe:

 

Ste Cécile, vierge et martyre.

 

 

 

Samedi 23 novembre : 10h sacrement de pénitence, 11h sainte messe.

 

St Clément 1er, pape et martyr.

 

Dimanche 24 novembre : Dernier dimanche de l’année liturgique !

 

XXVIIème après la pentecôte.

 

Grand’messe 10h30, messe lue 18h30

 

 

 

Cette semaine prions pour les âmes du purgatoire et nos malades.

 

On nous recommande plusieurs intentions particulières et des signes de la providence pour des recherches de travail ou des soucis matériels.

 

 

 

Contacter votre chapelain :

 

 Chanoine Gwenaël Cristofoli, presbytère 20 rue saint Louis, 35000 Rennes.

 

02-99-31-74-92*06-98-31-31-23

 

 chn.cristofoli@gmail.com

 

Voir les commentaires

promenade à Rennes...

16 Novembre 2013, 00:24am

Publié par Le sacristain

Si vous passez à Rennes, arrêtez vous à tout prix ici:

http://www.ecolesaintephilomene.com/article-faites-vos-courses-de-noel-au-profit-de-l-ecole-120780059.html

*

 

Vous y serez reçus comme des rois et des idées de cadeaux vont germer rapidement!

Voir les commentaires

Les veilleurs

11 Novembre 2013, 23:00pm

Publié par Le sacristain

 RDV: Rennes - parvis Nord de la gare TGV - 21h, les veilleurs ne sont pas un mouvement confessionnel mais rien ne vous interdit de prendre votre chapelet. Bonne veillée et union de prière.

Voir les commentaires

Magnifique défense de la soutane!

11 Novembre 2013, 05:43am

Publié par Le sacristain

Voir les commentaires

Intention de prière du pape.

11 Novembre 2013, 04:55am

Publié par Le sacristain

A l'appel du pape, prions pour les victimes du typhon Haiyan

Philippines
Le typhon, qui a fait en deux jours plus de 10 000 morts et touché 4,5 millions de personnes aux Philippines, s'approche du Vietnam. Avec des rafales atteignant 315 km/h, il compte parmi les plus violents de l'histoire. Lors de l'Angélus, le Saint Père a récité à l'intention des victimes, un "Je vous salue Marie" avec la foule réunie place Saint-Pierre. Et appelé chacun de nous "à prier pour nos frères et soeurs" vivant dans cette région et à leur "faire parvenir notre aide concrète".

Louise Tudy    lu sur le blog "salon beige"

Voir les commentaires